Réfugiés syriens: Québec veut plus d'ouverture du fédéral

Entourée de plusieurs réfugiés d'origine syrienne, la ministre... (Francis Vachon, La Presse Canadienne)

Agrandir

Entourée de plusieurs réfugiés d'origine syrienne, la ministre Weil s'est montrée confiante d'atteindre son objectif d'héberger au Québec d'ici environ six mois 3650 migrants qui fuient leur pays en guerre.

Francis Vachon, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne

Québec salue l'ouverture manifestée récemment par Ottawa en vue d'accélérer les procédures de parrainage de réfugiés syriens, tout en souhaitant que le gouvernement Harper aille encore plus loin.

La ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, a dit mardi qu'il fallait examiner différentes avenues pour accélérer encore davantage l'étude des dossiers, en vue d'accueillir au plus tôt des milliers de réfugiés syriens au Québec.

En conférence de presse, entourée de plusieurs réfugiés d'origine syrienne installés en Estrie, Mme Weil s'est montrée confiante d'atteindre son objectif d'héberger au Québec d'ici environ six mois 3650 migrants syriens qui fuient leur pays en guerre.

Il faudrait notamment réussir à raccourcir le délai entre le moment où le gouvernement fédéral donne le vert à une demande de parrainage et le moment où le Québec émet un certificat de sélection au réfugié, a précisé la ministre.

«Il y a encore d'autres mesures qu'on est en train de regarder pour raccourcir les délais encore plus que ce qu'ils ont annoncé dimanche», a-t-elle ajouté.

Le week-end dernier, le ministre fédéral de la Citoyenneté et de l'Immigration, Chris Alexander, annonçait des mesures d'assouplissement des règles, qui devraient permettre d'accélérer l'étude des demandes d'asile et de délivrer des milliers de visas additionnels d'ici la fin de l'année.

Désormais, les Syriens fuyant la guerre civile qui ravage leur pays n'auront donc plus à prouver qu'ils sont des réfugiés, au sens des critères du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Ils ont obtenu l'assurance d'être traités comme tels dès leur demande d'asile au Canada.

«Cela va beaucoup aider» à alléger tout le processus, a fait valoir la ministre Weil.

Accélérer le traitement

Ottawa s'est aussi engagé à traiter les dossiers d'environ 2000 personnes souhaitant venir au Québec d'ici la fin de l'année, «une très bonne nouvelle», a noté Mme Weil.

Le gouvernement fédéral augmentera également le nombre d'agents chargés d'analyser les demandes d'asile à l'étranger, doublera ses effectifs devant évaluer les demandes de parrainage en sol canadien et nommera un coordonnateur spécial pour gérer l'ensemble des dossiers des réfugiés syriens et irakiens.

Depuis des semaines, Québec met de la pression sur Ottawa pour que les exigences imposées aux migrants syriens soient assouplies, en vue de diminuer les délais d'attente.

En raison de l'ampleur de la crise, «qui est loin de s'atténuer dans cette région du monde», a dit la ministre, le Québec a fait passer son objectif d'accueil de 1200 à 3650 réfugiés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer