L'héritage de Jocelyne Ouellette

Élue sous la bannière du Parti québécois en... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Élue sous la bannière du Parti québécois en 1976, Jocelyne Ouellette a été la première femme ministre de l'Outaouais.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelques jours avant son décès, le maire de Gatineau et la députée de Hull ont fait parvenir une lettre conjointe à Jocelyne Ouellette pour l'assurer que son travail ne sera pas oublié et qu'ils trouveront une façon d'honorer sa mémoire et de faire une place à son nom dans son ancien comté.

Mme Ouellette, selon le témoignage de son amie Laurette Laurin, a été très touchée du geste. Elle aurait toutefois exprimé une demande spéciale, soit qu'on ajoute son nom de famille d'origine, Villeneuve.

À quand l'édifice ou la rue Jocelyne-Villeneuve-Ouellette? Au moins une année doit s'écouler, selon les règles de la Commission de toponymie du Québec. En attendant, les gens présents hier à la Maison du citoyen ont voulu souligner l'héritage de la défunte.

L'actuelle députée de Hull, Maryse Gaudreault, malgré un désaccord évident sur la question de l'indépendance du Québec, est venue témoigner son respect pour Mme Ouellette. Selon elle, sa prédécesseure est une pionnière qui a largement contribué à faire avancer la cause des femmes au Québec. Même son de cloche du côté de la députée sortante d'Hull-Aylmer, Nycole Turmel.

«Je ne pourrai jamais dire que j'ai été la première femme élue dans le comté de Hull, souligne Mme Gaudreault. C'est toujours un honneur de dire que Jocelyne Ouellette a réussi à le faire ici en 1976.»

Pour l'ex-député bloquiste Richard Nadeau, Jocelyne Ouellette laisse derrière elle l'espoir de convertir l'Outaouais à la cause de l'indépendance du Québec.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, insiste plutôt sur son travail pour éliminer la corruption dans la politique provinciale. «Elle a mis sur pied Rosalie, le logiciel que René Lévesque voulait mettre en place pour limiter le patronage. Donc, structurer les appels d'offres et les contrats aux travaux publics. Disons que ça résonne encore aujourd'hui ce genre d'outil», souligne M. Pedneaud-Jobin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer