Jocelyne Ouellette s'éteint

Élue sous la bannière du Parti québécois en... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Élue sous la bannière du Parti québécois en 1976, Jocelyne Ouellette a été la première femme ministre de l'Outaouais.

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancienne députée du Parti québécois dans Hull, Jocelyne Ouellette (née Villeneuve), est décédée jeudi à la suite d'un «courageux combat contre le cancer». Elle était âgée de 71 ans.

Mme Ouellette a fait partie de la première cohorte de femmes à faire leur entrée à l'Assemblée nationale, rappellent ses proches dans un communiqué. Le raz de marée péquiste de 1976 avait sonné la fin du règne d'Oswald Parent dans Hull. Au terme d'un recomptage judiciaire ayant duré 37 jours, Mme Ouellette avait finalement été déclarée gagnante par une petite majorité de deux voix.

Elle a été la seule ministre péquiste qu'a connue l'Outaouais, ayant hérité du portefeuille des Travaux publics et de l'Approvisionnement au sein du premier cabinet de René Lévesque. Elle a par la suite été déléguée du Québec à Ottawa, puis juge administrative et vice-présidente de la Commission municipale du Québec.

Source d'inspiration

«Elle fut une grande dame et une source d'inspiration pour toute une génération, a souligné son frère, Yves Villeneuve, dans un communiqué émis vendredi. Par ses accomplissements, réalisations multiples, et surtout par sa contribution à la vie politique québécoise et son engagement indéfectible, elle a laissé sa marque en faisant rayonner le Québec.»

La famille accueillera parents et amis le dimanche 30 août, dès 13 h, à la Maison du citoyen de Gatineau. Un hommage à sa vie sera organisé à 14h à la salle Jean-Despréz.

«J'adresse mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches de Mme Ouellette, en mon nom et en celui de mes collègues députés du Parti Québécois», a déclaré par voie de communiqué le chef de l'opposition officielle, Pierre Karl Péladeau.

«Son rôle au sein de notre grand parti fut déterminant ; en plus de participer à sa fondation, elle a travaillé très fort pour en faire connaître le programme aux femmes et aux hommes de la région de l'Outaouais. Ayant su conquérir le coeur des citoyens de Hull, elle les aura dignement représentés à l'Assemblée nationale de 1976 à 1981. On se souviendra d'elle comme d'une femme engagée et volontaire, militante avant tout», conclut le chef péquiste.

«C'est probablement la militante la plus active et la plus convaincue que j'ai connue en Outaouais», souligne l'ex-président du PQ en Outaouais, Emmanuel Marcotte. «Son plus grand coup, ç'a évidemment été de battre Oswald Parent en 1976. [...] Personne n'aurait gagé 10 cennes là-dessus.»

L'actuelle députée de Hull à l'Assemblée nationale, la libérale Maryse Gaudreault, a offert ses condoléances aux proches de Mme Ouellette sur Facebook. Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a fait de même par voie de communiqué, affirmant qu'elle «a contribué à faire rayonner l'Outaouais et le Québec» et qu'elle «restera toujours un modèle pour celles et ceux qui choisissent le service public».

Le décès de Mme Ouellette survient un mois après celui du seul autre député à avoir porté les couleurs du PQ en Outaouais, Jean Alfred, qui a rendu l'âme le 20 juillet dernier. «C'est triste de perdre deux de nos militants les plus convaincus, soutient M. Marcotte. Pour les plus vieux militants, Mme Ouellet, c'était vraiment notre phare.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer