Jean Alfred est décédé

Jean Alfred serait décédé le 20 juillet dernier... (Archives, LeDroit)

Agrandir

Jean Alfred serait décédé le 20 juillet dernier

Archives, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le premier député noir du Québec et l'un des rares candidats indépendantistes à percer la muraille libérale de l'Outaouais, Jean Alfred, a rendu l'âme le 20 juillet dernier dans un appartement du centre-ville de Gatineau.

Jean Alfred, après sa victoire dans Papineau en... (Archives, LeDroit) - image 1.0

Agrandir

Jean Alfred, après sa victoire dans Papineau en 1976.

Archives, LeDroit

Jean Alfred lors des célébrations du 20e anniversaire... (Michel Lafleur, Archives LeDroit) - image 1.1

Agrandir

Jean Alfred lors des célébrations du 20e anniversaire de l'Hôpital de Gatineau.

Michel Lafleur, Archives LeDroit

L'ancien député de Papineau (de 1976 à 1981) est décédé le 20 juillet dernier dans son appartement de la rue Morin, selon le directeur de Droit-Accès de l'Outaouais, Daniel St-Jean. M. St-Jean a été un proche M. Alfred, d'abord comme élève, mais ensuite après avoir résidé chez l'ancien député durant son mandat de député de Papineau.

«Je ne le savais pas qu'il était si près de moi, il était à deux coins de rue d'où je travaille. Ça faisait deux mois qu'il était revenu en Outaouais, relate Daniel St-Jean. Je l'ai su (dimanche) soir, par hasard. J'étais chez une amie et des membres de la communauté haïtienne étaient là. Ils ont eu un appel pour les informer de la nouvelle».

Ses funérailles auraient été célébrées samedi à Montréal, entourée uniquement de députés et d'ex-députés du Parti québécois (PQ) et du Bloc québécois. Selon M. St-Jean, M. Alfred aurait demandé à ce que sa mort soit gardée sous silence. Il aura fallu près de deux semaines pour que la nouvelle filtre dans les médias de la région.

«Je pense qu'il le sentait et qu'il voulait mourir ici, c'est mon impression. Il a passé les 25 dernières années à Montréal et en Haïti», soutient le directeur de Droit-Accès de l'Outaouais.

Avant d'être élu à l'Assemblée nationale, M. Alfred a siégé au conseil municipal de l'ancienne Ville de Gatineau, en 1975 et 1976. Professeur de formation, il s'est également impliqué pendant sept ans au sein de la Commission scolaire de l'Outaouais, entre 1969 et 1976. Après son mandat comme député de Papineau, Jean Alfred s'est présenté, à nouveau pour le PQ, mais cette fois dans la circonscription de Chapleau.

Durant son passage à l'Assemblée nationale, Jean Alfred s'est aussi fait connaître comme «le père de l'Hôpital de Gatineau» en raison de son rôle central dans le développement de ce centre hospitalier. En 2003, à l'occasion du 20e anniversaire de l'hôpital, il décrivait ainsi (lors d'une entrevue avec LeDroit) l'entêtement du gouvernement à refuser d'octroyer un hôpital à Gatineau.

«J'étais seul pour négocier avec une bureaucratie qui ne voulait rien savoir. La réponse était toujours, non. Je devais dramatiser la situation. J'ai tellement harcelé le ministre de la Santé, Denis Lazure, qu'il changeait de direction lorsqu'il me voyait dans un corridor. [...] J'ai trouvé le terrain le moins cher sur le marché, 145000 $, et nous avons pris les mêmes plans que ceux utilisés pour l'hôpital Pierre-Boucher, à Longueuil.»

L'ancien président du PQ en Outaouais, Emmanuel Marcotte, s'est dit surpris d'apprendre le décès de M. Alfred, lundi matin.

«Une fois de temps en temps, il m'appelait et on avait de bonnes conversations, mais ça faisait un petit bout de temps qu'on ne s'était pas parlé.»

Les deux hommes se sont toutefois côtoyés durant le passage de Jean Alfred à l'Assemblée nationale. M. Marcotte parle d'un homme chaleureux, mais d'une grande ténacité.

«Les gens aimaient la chaleur humaine qu'il dégageait. [...] Il était déterminé, il a travaillé dans son comté plusieurs années à l'avance pour l'emporter», affirme l'ancien président régional du PQ.

Daniel St-Jean, de son côté, espère qu'un hommage lui sera rendu. Il propose qu'une rue gatinoise soit rebaptisée à son nom.

«C'est vrai qu'il n'a pas été là pendant 20 ans, mais il en a fait autant quelqu'un qui a été là 20 ans. [...] En seulement quatre ans, il a obtenu le financement pour l'Hôpital de Gatineau, l'Aéroport de Gatineau, un bout de l'autoroute 50 et l'abattoir régional.»

«Il a payé très cher, de sa santé, de son travail acharné. [...] La personne qui est sortie de la politique au bout de quatre ans, ce n'est pas la même qui est entrée», soutient M. St-Jean.

Jean Alfred est né à Ouanaminthe, en Haïti, le 10 mars 1940.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer