Alexandre Cloutier voit l'Outaouais comme un «un pôle d'excellence»

Alexandre Cloutier a effectué sa première visite en Outaouais... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Alexandre Cloutier a effectué sa première visite en Outaouais depuis le début de la course à la chefferie du Parti québécois.

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gatineau serait «un pôle d'excellence» pour la fonction publique d'un Québec souverain dirigé par Alexandre Cloutier, qui souhaite donner à l'Outaouais «l'équité» par rapport aux autres régions, notamment en matière d'offre de programmes d'études postsecondaires.

En entrevue avec LeDroit dans le cadre de sa première visite en Outaouais depuis le début de la course à la chefferie du Parti québécois (PQ), Alexandre Cloutier estime que les résidents de la rive québécoise qui oeuvrent actuellement pour la fonction publique fédérale constituent «un bassin de connaissances majeur» qui permettrait de créer «un pôle d'expertise particulier» dans la région advenant une victoire du clan souverainiste lors d'un référendum.

«Je pense que l'important, c'est que l'expertise soit utilisée à bon escient et qu'il y ait une répartition juste et équitable sur l'ensemble du territoire québécois, mais il y a un incontournable: c'est que la région de l'Outaouais va être certainement une région privilégiée pour l'organisation des services de l'État québécois à l'ensemble du Québec. Je pense que c'est fondamental et que c'est naturel que ce soit ainsi.»

Ayant lui-même étudié en droit civil à l'Université d'Ottawa dans le cadre d'un programme lui ayant permis d'oeuvrer comme page à la Chambre des communes, M. Cloutier estime qu'il est «ironique» que ce programme soit offert en Ontario alors qu'il ne l'est pas en Outaouais.

«Je pense que la région doit réclamer l'équité avec les autres régions, a-t-il dit. L'offre de formation professionnelle et technique dans les cégeps doit non seulement être maintenue, mais doit être bonifiée, et c'est la même chose avec les programmes universitaires, ça va de soi. J'ai fait de l'éducation ma priorité, et ce que je veux, c'est que les jeunes qui veulent étudier puissent le faire. Maintenant, il y a des programmes qui sont donnés du côté ontarien qui pourraient être facilement donnés du côté québécois.»

Plus de détails dans LeDroit du 9 avril 2015.

Partager

À lire aussi

  • Pierre Jury | Généralités

    Pierre Jury

    Généralités

    Deux candidats à la direction du Parti québécois qui passent par l'Outaouais, cette semaine, n'auront converti personne à la cause souverainiste.... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer