Que s'est-il réellement passé?

Des représentants de divers syndicats s'étaient rassemblés pour... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Des représentants de divers syndicats s'étaient rassemblés pour accueillir Philippe Couillard.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Que s'est-il réellement passé durant la manifestation contre les mesures d'austérité du gouvernement Couillard, à Gatineau?

D'un côté, le Parti libéral du Québec (PLQ) soutient que certains de ses membres ont été insultés, dont un octogénaire, et que plusieurs autres se sont fait bloquer l'accès au colloque du parti par les manifestants. Les gens présents au rassemblement, de leur côté, démentent ces allégations.

Les opposants au PLQ ont commencé à arriver vers 12h15 devant le Centre des aînés de Gatineau. Selon ce que LeDroit a pu observer, au départ, la manifestation était bruyante, mais semblait se dérouler sans anicroche. Des représentants de divers syndicats - notamment des fonctionnaires, des infirmières et des enseignants - étaient rassemblés.

Vers 12h45, les manifestants se sont massés devant la porte avant du Centre des aînés de Gatineau. Certains d'entre eux ont frappé à la porte, mais se sont retrouvés nez à nez avec des policiers de Gatineau.

Malgré la présence de la foule, les membres du PLQ pouvaient se frayer un chemin jusqu'à l'entrée principale sans trop de difficulté. Les policiers les laissaient alors entrer dans l'édifice. Un militant libéral a eu une prise de bec avec les manifestants après une bousculade. Il s'agit du seul incident du genre dont LeDroit a été témoin.

Le premier ministre devait arriver à 13h pour livrer un discours. Vers 12h55, un porte-parole du PLQ est venu chercher les représentants des médias tenus à l'extérieur par les policiers - quelques-uns étaient entrés quelques minutes plus tôt pour obtenir leur accréditation. Il a avisé les journalistes qu'ils ne pourraient retourner à l'extérieur puisqu'on ne les laisserait pas entrer de nouveau pour assister au discours du premier ministre.

La manifestation s'est poursuivie pendant près d'une heure après ce moment-là. C'est durant cette heure que les choses ont dérapé, selon le PLQ.

Des membres du PLQ, postés à l'entrée du Centre des aînés de Gatineau pour accueillir les participants du colloque, soutiennent avoir été quelque peu chahutés. Selon eux, les manifestants n'étaient cependant pas menaçants ou violents.

L'activiste Bill Clennett affirme avoir été étonné lorsqu'il a appris que le premier ministre avait annulé sa visite. Il soutient que, malgré une présence à la plupart des portes, personne n'empêchait les membres d'entrer.

«Il se peut qu'il se soit passé quelque chose que je n'ai pas vu, mais ça m'étonnerait. C'était une atmosphère, en dépit de la colère sur l'austérité, bon enfant.»

Le conseiller régional de la FTQ en Outaouais, Dino Lemay, comme M. Clennett, ne s'attendait pas à ce que le premier ministre rebrousse chemin. Il affirme avoir vu des manifestations beaucoup plus agitées que celles-ci.

«Chaque fois, le ministre sortait de l'auto devant nous et rentrait à l'intérieur. Jamais personne ne s'est fait attaquer pendant une manifestation.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer