Des défis propres à l'Outaouais

Pierre-Karl Péladeau... (ÉTIENNE RANGER, Le Droit)

Agrandir

Pierre-Karl Péladeau

ÉTIENNE RANGER, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dans l'éventualité d'un référendum gagné par le camp souverainiste, le candidat à la chefferie du PQ, Pierre Karl Péladeau, reconnaît que la situation serait compliquée en Outaouais en raison des liens et la proximité avec l'Ontario et la capitale fédérale.

«Oui, certainement. C'est une région atypique en raison de la proximité. Nous aurons l'opportunité de réfléchir et d'arriver avec un plan d'action à cet égard.»

En tournée des régions, M. Péladeau soutient qu'au même titre que les autres régions du Québec, l'Outaouais a ses défis, sans les préciser outre mesure. Il a toutefois soutenu qu'il est nécessaire de réduire la dépendance à la fonction publique au point de vue économique et que la région a «bien d'autre potentiel».

Pierre Karl Péladeau, à l'époque où il était à la tête de Québecor, visitait régulièrement la région pour rencontrer des représentants du ministère de l'Industrie et du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes. Selon lui, même si le Québec devenait un pays, les liens entre les deux côtés de la rivière des Outaouais ne doivent pas s'effacer. «Le Québec ne sera pas à l'extérieur de l'Amérique du Nord. Il va rapatrier ses compétences et continuer à travailler avec ses voisins, que ce soit l'Ontario ou les États-Unis. Ces tissus sont trop longtemps établis et il n'est pas question de rompre quoi que ce soit.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer