Les gazouillis controversés de Nathalie Des Rosiers

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a semé la controverse jeudi alors que des messages incisifs sur deux dossiers judiciarisés, dont celui d'Abdirahman Abdi, mort il y a un an lors d'une intervention policière qui a mal tourné dans la capitale, ont été publiés la veille sur son compte Twitter.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La députée provinciale d'Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, a semé la controverse jeudi alors que des messages incisifs sur deux dossiers judiciarisés, dont celui d'Abdirahman Abdi, mort il y a un an lors d'une intervention policière qui a mal tourné dans la capitale, ont été publiés la veille sur son compte Twitter.

« Je pense à la famille et ami.e.s d'Abdi assassiné par un policier mal encadré. Soyez forts ! #JusticePourAbdi #StopÀLaViolence », pouvait-on lire dans un message publié dans les deux langues officielles sur le compte Twitter de l'élue à 21h11 mercredi.

De nombreux internautes ont retweeté ses messages, plusieurs d'entre eux réclamant la démission de la politicienne élue en novembre 2016. « Les meurtres de jeunes #noirs m'inquiètent + que jamais. La justice doit faire son travail mais il faut aussi revoir tt le système #Ottawa » est un autre exemple de message publié en l'espace de quelques minutes tard en soirée.

Gestion de crise

En pleine gestion de crise, l'équipe de son bureau a d'abord indiqué que le compte de l'élue n'avait pas été piraté. Entre temps, c'est le bureau de la première ministre Kathleen Wynne qui a acheminé la réaction de la députée.

La situation est demeurée floue pendant de longues heures au sujet des circonstances ayant mené à cet imbroglio et ce n'est qu'en fin de journée que la principale intéressée s'est expliquée, affirmant que les messages de 140 caractères ont été publiés par l'un des employés de son bureau de circonscription.

« J'ai été complètement prise par surprise ce matin. Ce n'est certainement pas un message que j'ai écrit ou que j'ai endossé. J'en prends la responsabilité, car ça a été envoyé par un membre de mon équipe. Je veux rassurer tout le monde, ce serait inapproprié de commenter sur un processus judiciaire toujours en cours, particulièrement dans un contexte qui ignore la présomption d'innocence pour tout le monde. J'ai passé ma vie à protéger ça et à encourager le respect des institutions judiciaires », dit-elle.

Avouant avoir d'abord cru que son compte avait été piraté, la députée dit avoir rapidement tenté de corriger le tir, mais les tweets sont malgré tout restés sur la toile pendant plus de 12 heures. Ils ont finalement été supprimés vers 10 h jeudi matin.

Régler ça « à l'interne »

L'élue affirme que la personne ayant utilisé le clavier pour écrire ces messages en son nom ne sera pas congédiée. « On va régler ça à l'interne. Il y a des protocoles qui doivent être clarifiés, même pour les plus jeunes employés. Des erreurs, ça arrive et on doit mettre les choses en perspective. On a rectifié le tir et maintenant on continue de travailler », lance-t-elle.

Des réactions « appropriées », concède Des Rosiers

Indiquant que la réaction des internautes était parfaitement appropriée parce que les tweets étaient « hors contexte et complètement bizarres », Nathalie Des Rosiers soutient qu'il est très rare que ce ne soit pas elle-même qui écrit sur son compte Twitter. Ironiquement, Mme Des Rosiers est l'ex-doyenne de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa. Elle a été élue en obtenant près de 50 % des suffrages lors d'une élection partielle déclenchée à la suite de la démission de Madeleine Meilleur.

Le chef du Service de police d'Ottawa (SPO), Charles Bordeleau, a utilisé le même média social pour réagir aux messages publiés mercredi soir. « La mort de M. Abdi a été difficile pour beaucoup de gens. Nous devrions tous respecter la procédure et permettre à la Cour de remplir son rôle », a-t-il écrit.

De son côté, le président de l'Association des policiers d'Ottawa, Matt Skoff, a semblé piqué au vif. « Ces commentaires irresponsables reflètent-ils ceux du Parti libéral de l'Ontario ? », a tweeté le leader du syndicat, s'adressant à la fois à la première ministre Wynne et au procureur général de l'Ontario et député d'Ottawa-Centre, Yasir Naqvi. Nathalie Des Rosiers affirme avoir téléphoné à MM. Bordeleau et Skoff jeudi pour leur présenter ses excuses.

Depuis la mort de M. Abdi, le policier Daniel Montsion a été accusé d'homicide involontaire, de voies de fait graves et d'agression armée par l'Unité des enquêtes spéciales de l'Ontario. Son procès doit s'entamer en 2019.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer