Joe Oliver échoue à se faire nommer candidat provincial

L'ex-ministre fédéral des Finances, Joe Oliver... (La Presse canadienne)

Agrandir

L'ex-ministre fédéral des Finances, Joe Oliver

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

TORONTO - L'ancien ministre fédéral des Finances Joe Oliver a échoué dans sa tentative d'obtenir l'investiture progressiste-conservatrice dans une circonscription provinciale ontarienne - ayant été écarté par les membres du parti comme d'autres ex-députés conservateurs fédéraux avant lui.

M. Oliver figure parmi plusieurs anciens députés fédéraux conservateurs ayant subi la défaite lors des élections fédérales de 2015, et qui ont tenté depuis d'obtenir des nominations au niveau provincial en Ontario, où le Parti progressiste-conservateur se démarque dans les sondages.

Bien que certains aient remporté leur investiture, plusieurs conservateurs de haut rang ont dû s'avouer vaincus. M. Oliver, ancien député fédéral d'Eglinton-Lawrence, espérait devenir le candidat progressiste-conservateur dans York Centre en vue des élections ontariennes de juin 2018, mais a subi la défaite face à l'avocat Roman Baber.

Bien que sa victoire semble avoir surpris des observateurs politiques, M. Baber a laissé entendre qu'il avait cru en ses chances.

Le candidat désigné a indiqué que l'association de circonscription comptait seulement environ 100 membres avant l'élection, et que sa campagne avait attiré 1314 nouveaux membres. Il s'est fait dire que la campagne de M. Oliver avait accueilli quelque 550 nouveaux membres. M. Oliver n'a pas répondu à une demande d'entrevue par l'entremise d'une porte-parole.

Le stratège conservateur Will Stewart a dit croire que la défaite de M. Oliver montrait que le processus de nomination était véritablement ouvert, mais qu'il signifiait aussi que le chef du parti ne se retrouvait pas nécessairement avec l'équipe qu'il aurait souhaitée.

«Là réside le risque, celui d'obtenir des gens qui sont des organisateurs locaux extrêmement bons, mais qui n'ont peut-être pas la notoriété qui aidera à convaincre les électeurs que les progressistes-conservateurs ont une équipe d'envergure pour gouverner avec beaucoup d'expérience», a-t-il fait valoir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer