Marin multiplie les attaques contre les libéraux

Devant une centaine d'électeurs, les candidats Claude Bisson... (Etienne Ranger, Le Droit)

Agrandir

Devant une centaine d'électeurs, les candidats Claude Bisson (NPD), Nathalie Des Rosiers (PLO), Raphaël Morin (PV) et André Marin (PC) ont croisé le fer pour une troisième fois en une semaine.

Etienne Ranger, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les principaux candidats de l'élection partielle dans Ottawa-Vanier croisaient le fer pour la dernière fois de la campagne, mardi soir, deux jours avant le scrutin. Le progressiste-conservateur, André Marin, en a profité pour multiplier ses attaques contre le Parti libéral de Kathleen Wynne et la candidate locale, Nathalie Des Rosiers.

Les prétendants au poste de député provincial d'Ottawa-Vanier étaient invités à répondre aux questions soumises par le public dans la salle à la Rockcliffe Park Public School. Pour M. Marin, la majorité de ses questions sont devenues une opportunité de questionner le bilan du Parti libéral et de ses dernières années au pouvoir.

« Vous avez l'opportunité d'envoyer un message clair à Kathleen Wynne en envoyant un candidat progressiste-conservateur à Queen's Park », a-t-il indiqué (en anglais) durant son mot de conclusion.

Nathalie Des Rosiers a dû affronter un front commun néodémocrate, progressiste-conservateur et vert sur la question du prix de l'électricité et sur la vente d'Hydro One. Sur ces deux enjeux, André Marin a laissé entendre que Mme Des Rosiers tentait d'éviter la question.

Projet de loi privé

L'ex-ombudsman de l'Ontario a répété cette accusation lorsqu'un membre du public a demandé aux candidats s'ils seraient prêts à déposer un projet de loi privé pour que le bilinguisme officiel soit imposé à la Ville d'Ottawa. Le néodémocrate, Claude Bisson, et le représentant du Parti vert, Raphaël Morin, ont répondu par l'affirmative.

Nathalie Des Rosiers, de son côté, a indiqué qu'il fallait maintenir la pression sur les élus municipaux dans l'espoir qu'ils entendent raison avant la fin du 150e anniversaire de la Confédération. Si cela ne fonctionnait pas, elle se dit prête à explorer l'avenue du projet de loi privé.

« Je ne comprends pas sa position, elle déposerait un projet de loi ou pas ? Elle ne peut pas essayer de vous endormir comme ça. Ma position est claire, je respecte le souhait de la Ville. »

Dans son mot de la fin, la candidate libérale a reconnu que le règne libéral a connu des hauts et des bas. Si ses adversaires braquent les projecteurs sur les principales erreurs, elle rappelle qu'il avait également du positif, particulièrement le travail de Madeleine Meilleur dans le comté d'Ottawa-Vanier.

« Elle a donné son coeur et son âme pour Ottawa-Vanier. Il est injuste de prétendre le contraire. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer