Claude Bisson «en avait assez»

« Si un autre député libéral est élu, Kathleen... (Martin Roy, Le Droit)

Agrandir

« Si un autre député libéral est élu, Kathleen Wynne n'écoutera pas. Mais si on gagne Ottawa-Vanier, cela lui enverra un message clair », croit Claude Bisson.

Martin Roy, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Après une carrière de 30 ans à la Gendarmerie royale du Canada (GRC), le candidat néo-démocrate dans la circonscription provinciale d'Ottawa-Vanier, Claude Bisson, a décidé de sortir du « confort » de la retraite parce qu'il « en avait assez » du gouvernement libéral de la première ministre Kathleen Wynne, et de sa « mauvaise gestion » dans divers dossiers comme l'électricité, l'éducation et les soins de santé.

En briguant l'élection partielle dans ce château fort libéral, M. Brisson souhaite, s'il est élu, faire une différence même s'il se retrouvera dans l'opposition, en travaillant étroitement avec la communauté d'Ottawa-Vanier, là où il vit depuis plus de 30 ans. 

« Si un autre député libéral est élu, Kathleen Wynne n'écoutera pas. Mais si on gagne Ottawa-Vanier, cela lui enverra un message clair. C'est assez, les histoires de fraude et des ministres à vendre », a mentionné le candidat Bisson en rencontre avec l'équipe éditoriale du Droit. 

M. Bisson est le frère de l'ancien député néo-démocrate Gilles Bisson, qui a passé 27 ans à Queen's Park comme représentant de Timmins-Baie James. 

Revitalisation du chemin Montréal

Dans Ottawa-Vanier, la criminalité, bien qu'elle soit en hausse, ne doit pas être réprimée par l'ajout de policiers, une approche dépassée selon le retraité de la GRC. Il reproche à son adversaire André Marin, du Parti progressiste-conservateur, de politiser le débat sur la criminalité. 

« Comme policier pendant 30 ans, je ne suis pas d'accord avec André Marin qui utilise la criminalité dans Ottawa-Vanier pour des gains politiques », dit-il. 

Il veut obtenir du financement pour revitaliser le chemin Montréal. « Ce n'est pas en faisant peur aux gens en leur disant de ne pas sortir pour aller au dépanneur le soir chercher un pain qu'on va aider », dit-il. « Il faut investir et travailler avec la communauté pour trouver des solutions. »

Électricité

M. Bisson a déjà amorcé sa campagne il y a plus de deux mois et demi, avant les autres. Et les gens en ont assez des tarifs élevés d'électricité, a-t-il constaté sur le terrain. 

« Une dame m'a raconté qu'elle devait déménager parce qu'elle payait plus cher en électricité que pour son logement. Une autre a dû couper dans ses épiceries parce qu'elle avait une facture de 400 $ à payer. La première ministre Wynne enlève la taxe sur la facture, mais n'a pas dit qu'il s'agissait d'une mesure permanente. Nous, au NPD, on a toujours poussé pour cela », a expliqué M. Bisson.

Éducation

Le candidat néo-démocrate dénonce les frais de scolarité trop élevés qui obligent les étudiants à travailler et prolonger leurs études en s'endettant encore davantage.

« Le gouvernement prend 28 millions $ en intérêts sur les prêts d'étudiants. Pour moi, c'est inacceptable. Une étudiante de troisième année à l'Université d'Ottawa avait déjà 48 000 $ de dettes. Il faut rendre cela plus facile pour les étudiants parce que ce sont eux qui vont bâtir notre futur. »

Trois thèmes en bref

Statut bilingue

Le candidat Bisson se dit favorable au bilinguisme officiel pour la Ville d'Ottawa. « Je ne comprends pas pourquoi le maire s'y oppose. Ce serait gênant si le statut bilingue pour Ottawa n'était pas reconnu avant les célébrations du 150e anniversaire du pays en 2017. »

Circulation

Il faut absolument une solution pour résoudre les problèmes de circulation à Ottawa, et l'idée d'un tunnel sous l'avenue King Edward pourrait être envisagée. Il faut toutefois attendre les résultats des études environnementales. « Mais il faut faire quelque chose » dit-il.

Soins de santé

Avec son projet de loi 41, les libéraux veulent retirer aux médecins la décision sur les soins de santé à donner aux patients et remettre ce choix au ministre de la Santé. « Les soins de santé sont mal gérés, c'est honteux » dit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer