La candidate de la continuité

La libérale Nathalie Des Rosiers souligne que sa... (Etienne Ranger, Archives Le Droit)

Agrandir

La libérale Nathalie Des Rosiers souligne que sa carrière a toujours été basée sur l'intérêt public et qu'elle compte bien dans la même voie si elle est élue.

Etienne Ranger, Archives Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La candidate libérale à l'élection partielle dans Ottawa-Vanier, Nathalie Des Rosiers, entend travailler de pair avec les citoyens. Elle préconise une approche collaborative, au même titre que sa prédécesseure, Madeleine Meilleur.

L'avocate et doyenne de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa mise sur une longue feuille de route. Elle a décidé de se lancer en politique parce que les enjeux provinciaux l'interpellent. Elle cite en exemple les questions des droits des femmes, d'accès à la justice, de la modernisation du système de justice, de l'imputabilité policière, du droit au logement et de l'éducation postsecondaire.

« J'ai une carrière qui a toujours été dans l'intérêt public et pour la défense des droits. [...] Je me suis rendu compte au cours de ma carrière que les gens au gouvernement ont une place importante et que ça prend des gens capables d'écouter, ouverts d'esprit, qui ont une capacité d'analyse et de réflexion. Une approche collaborative peut régler des problèmes. À un moment donné, on peut être à l'extérieur et critiquer beaucoup et un jour on se dit qu'on pourrait faire sa contribution. C'est dans ce contexte-là que j'ai plongé », a expliqué Mme Des Rosiers en rencontre éditoriale au Droit, vendredi.

Nouveau souffle au chemin Montréal

La mère de famille réside dans la circonscription d'Ottawa-Vanier. Elle assure être au fait des questions locales et n'a pas peur de s'y attaquer.

Elle aimerait voir des commerces s'installer sur le chemin Montréal afin d'aider à la revitalisation de l'artère du secteur Vanier. 

« Personne ne veut une gentrification, nuance-t-elle. Vanier a un coeur. C'est une communauté qui est fière de son héritage et qui a été un moteur important. Ça prendrait peut-être quelques commerces qui reflètent cette identité. »

Elle compte aussi militer pour l'accès au logement abordable et porter une attention particulière aux enjeux de transport, comme le dossier du tunnel sous la rue King Edward.

Francophonie

La question des droits des francophones est un sujet important pour la candidate libérale. Elle veut protéger et promouvoir les institutions francophones si elle est élue, le 17 novembre prochain. La minorité francophone doit veiller à ses droits et ses acquis, comme le collège La Cité, l'Hôpital Montfort ou encore la Nouvelle-Scène.

« J'étais là du temps de [Mike] Harris (premier ministre progressiste-conservateur de 1995 à 2002) quand l'existence de Montfort était en péril. Pour le gouvernement libéral, ç'a été une bonne chose de garder Montfort », souligne Mme Des Rosiers.

Elle appuie le bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa, et espère qu'une décision sera prise d'ici les festivités du 150e anniversaire de la Confédération, en 2017. 

« J'aimerais que ça débloque plus vite que plus tard. Il y a une responsabilité en tant que capitale d'un pays bilingue et la fierté aussi », avoue la libérale, ajoutant qu'elle veut respecter la juridiction municipale.

Nathalie Des Rosiers en quelques points...

Les tarifs d'électricité

La candidate libérale se désole de l'attitude de son rival progressiste-conservateur, André Marin, lorsqu'il est question des tarifs d'électricité. Nathalie Des Rosiers affirme que les citoyens l'interpellent sur le sujet lors de son porte-à-porte, mais tient à clarifier les faits. « Les gens me disent : 'Ça ne m'affecte pas vraiment, mais il doit y avoir des gens que ça touche'. Que ce soit une perception ou un vrai enjeu, il faut y répondre. » Mme Des Rosiers s'engage à être plus transparente dans le dossier. Elle ajoute que l'information doit être à la disposition du public et rappelle que des programmes existent afin d'aider les citoyens qui peinent à payer leur facture comme les programmes d'urgence et ceux destinés aux personnes âgées. 

L'inspiration de Madeleine Meilleur

Nathalie Des Rosiers ne le cache pas, elle s'inspire beaucoup du travail de sa prédécesseure Madeleine Meilleur. La candidate libérale souhaite poursuivre dans la même lignée que l'ancienne députée provinciale dans Ottawa-Vanier. « Madeleine Meilleur, c'était un agent de changement positif pour la communauté à plusieurs égards, souligne Mme Des Rosiers. Il y a le rôle qu'on joue à Queen's Park, mais il y a aussi le rôle du bureau de comté qui peut régler des problèmes. » La candidate aux élections partielles du 17 novembre croit beaucoup en l'efficacité des tables de concertation. Elle souhaite favoriser la tenue de forum afin de nourrir le dialogue sur différents enjeux locaux. Une formule qu'elle a préconisée à plusieurs reprises au cours de sa carrière, comme lorsqu'elle était avocate générale à l'Association canadienne des libertés civiles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer