Marin se présente comme le choix stratégique

Le candidat du Parti progressiste-conservateur dans Ottawa-Vanier, André... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Le candidat du Parti progressiste-conservateur dans Ottawa-Vanier, André Marin

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les électeurs d'Ottawa-Vanier ont la chance de « passer un message clair » au gouvernement libéral de Kathleen Wynne s'ils votent pour le candidat du Parti progressiste-conservateur (PC), André Marin, aux élections partielles du 17 novembre, estime l'ancien ombudsman de l'Ontario.

Les colonnes du temple libéral pourraient trembler, illustre le candidat, s'il réussit à mettre la main sur ce château fort aux couleurs des rouges depuis 45 ans.

« Je pense que c'est un vote stratégique qui va attirer l'attention du gouvernement Wynne. Un geste fort qui va résonner à Queen's Park », a-t-il déclaré en rencontre éditoriale au Droit, jeudi matin.

Ce dernier a pris la décision « spontanée » de se présenter après avoir entendu le dernier Discours du trône du gouvernement Wynne. Il cite en exemple l'annonce de la réduction de la facture d'électricité de 8 %. « Je me suis dit que rien n'allait changer, se souvient-il. [...] Je me suis demandé comment je pouvais influencer ce qui se passe et la réponse c'est l'élection partielle dans Ottawa-Vanier. »

Soutenir la Ville

Les électeurs ont été « négligés » et « pris pour acquis » par les libéraux depuis qu'ils ont pris les rênes de la circonscription en 1971, selon M. Marin. Jules Morin est le dernier progressiste-conservateur à avoir représenté le fief libéral de 1967 à 1971. 

« Ma vision pour Vanier, le chemin Montréal par exemple, c'est des investissements qui pourraient faire en sorte que la communauté se sente plus confortable. Il y a bien des domaines qui sont pour le municipal. La province n'est pas là pour investir dans les communautés directement, mais pour appuyer la Ville. Je pense qu'il faudrait travailler avec le gouvernement municipal pour tenter de créer un peu plus d'ambiance dans Vanier pour attirer le tourisme. Pour que les gens qui y vivent se sentent plus confortables. Il y a plus de Money Mart per capita que n'importe où au Canada. »

Francophonie

M. Marin se dit préoccupé par le déclin de la population francophone dans la circonscription. « Est-ce qu'on ne se sent plus confortable d'oeuvrer en français à Ottawa-Vanier ? questionne-t-il. Les gens ne sont plus confortables dans leur communauté et ne s'identifient plus comme étant des francophones. Ce point-là me préoccupe beaucoup. »

Le père de famille s'avoue en faveur du bilinguisme officiel à la Ville d'Ottawa, mais compte respecter les compétences locales. 

Associé au parti ayant voulu fermer l'Hôpital Montfort, le candidat progressiste-conservateur rappelle que cette controverse date d'il y a 14 ans. Il ajoute que le chef du parti, Patrick Brown, appuie Montfort et veut trouver des façons d'y améliorer les soins de santé. « Il faut rappeler que les grands investissements dans la langue française ce sont des initiatives de Bill Davis (premier ministre de 1971 à 1985). Tous les établissements de soins de longue durée ce sont des initiatives de Bill Davis. Le monde pense automatiquement que c'est libéral, mais Davis était un visionnaire. »

La question des tarifs d'électricité en Ontario est... (Martin Roy, Archives LeDroit) - image 2.0

Agrandir

La question des tarifs d'électricité en Ontario est le cheval de bataille du candidat André Marin.

Martin Roy, Archives LeDroit

André Marin en trois points

Tarifs d'électricité

La question des tarifs d'électricité en Ontario est le cheval de bataille du candidat progressiste-conservateur dans Ottawa-Vanier, André Marin. Il pointait du doigt le gouvernement libéral, alors qu'il était ombudsman, et continue de la faire en campagne électorale. Il soutient que les électeurs sont préoccupés par la hausse des prix de l'électricité. C'est d'ailleurs la question qui revient le plus souvent lors de son porte-à-porte, soutient-il, affirmant que les électeurs lui montrent leur compte et sont exaspérés par le total de la facture.

La plupart des flèches qu'il a décochées vers les libéraux, depuis le début de la campagne, concernent la vente d'Hydro One. Il rappelle que le prix de l'électricité est trois fois plus élevé en Ontario qu'au Québec et que la vente des surplus aux États-Unis n'aide pas la situation. « Il n'y a pas de solution pour l'électricité. C'est un projet qui est massif, décrit M. Marin. On s'est creusé un trou énorme. C'est difficile de trouver une solution instantanée parce que bien des choses se sont passées en secret. [...] Lorsque le Parti progressiste-conservateur sera élu en juin 2018, on pourra voir les contrats et trouver un moyen de sortir du pétrin. »

La loi et l'ordre

Rétablir la loi et l'ordre, telle est la mission du candidat André Marin s'il occupe le siège d'Ottawa-Vaniver au lendemain de l'élection partielle du 17 novembre.

Le progressiste-conservateur compte demander au gouvernement libéral de rétablir le financement des escouades dédiées aux gangs de rue.

« Quand on parle de crimes violents, les gens disent que les statistiques sont en baisse. Mais on démontre aussi que depuis que le gouvernement Wynne a effectué des coupes budgétaires, les fusillades ont augmenté », mentionne M. Marin. Il estime que les policiers d'Ottawa n'ont pas les ressources nécessaires pour s'attaquer aux bandes de rue. La violence entraîne aussi toute la question de la criminalité dans les rues en plus de la drogue et de la prostitution. Des sujets qui inquiètent les gens d'affaires rencontrés par le candidat, et les citoyens de la circonscription.

Un style qui fait réagir

Celui qui est reconnu pour son franc-parler ne cache pas qu'il a souvent occupé des postes controversés.André Marin a été tour à tour ombudsman de l'armée, procureur adjoint de la Couronne et ombudsman de l'Ontario. Au fil des années, son style a souvent fait réagir. Il promet qu'il ne changera pas sa façon de faire s'il est élu député progressiste-conservateur dans Ottawa-Vanier.

« Les postes que j'ai occupés ce sont des postes controversés par la nature même du poste, explique-t-il. C'est un poste que tu ne peux pas faire tranquillement. La persuasion morale est essentielle. Tu dois être un plaideur de tes recommandations. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer