Bilinguisme inégal sur les sites des candidats

Côté bilinguisme, les différents sites web des candidats... (Martin Roy, Archives LeDroit)

Agrandir

Côté bilinguisme, les différents sites web des candidats dans la course dans la circonscription provinciale d'Ottawa-Vanier ne sont pas tous à point, à deux semaines du scrutin.

Martin Roy, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les électeurs n'ont pas toujours accès aux mêmes informations en français et en anglais, sur les sites des candidats aux élections partielles dans Ottawa-Vanier. Certains offrent presque l'intégralité des renseignements dans les deux langues, d'autres en ont traduit une partie, tandis qu'un site s'affiche uniquement en anglais.

Le site de Claude Bisson, qui porte les couleurs du Nouveau Parti démocratique (NPD), offrait seulement un texte dans les deux langues avant l'appel du Droit, jeudi. De plus, les sections de sa page Web étaient unilingues anglophones. Lorsqu'on tentait d'accéder à la version française du site, une page s'ouvrait avec la mention « Version français [sic] arrivera bientôt ! ». L'équipe de M. Bisson a remédié à la situation en fin d'après-midi jeudi, indiquant qu'un problème technique empêchait d'y accéder.

« Ce n'est pas acceptable de dire qu'on va avoir le français disponible plus tard. Il faut donner le choix. On va arranger ça tout de suite », a martelé le candidat néo-démocrate.

Du côté des progressistes-conservateurs, le site d'André Marin est essentiellement bilingue, mais certaines sections ne sont pas disponibles dans les deux langues. Questionné à ce sujet, M. Marin a indiqué avoir toujours eu l'impression que tout était disponible tant en anglais qu'en français. 

Pour ce qui est de la candidate libérale Nathalie Des Rosiers, son site Internet offre un large éventail de données francophones et anglophones. Un seul communiqué n'a pas été traduit de l'anglais vers le français.

100 % anglophone

Le site du candidat vert, Raphaël Morin, est de son côté 100 % anglophone. Bien que la première phrase indique que le candidat est bilingue, aucune trace de français ne se trouve sur son site Internet. LeDroit n'a pas été en mesure de rejoindre M. Morin, jeudi.

L'iniquité entre le français et l'anglais n'est pas souhaitable, soutient la présidente de l'Association des communautés francophones d'Ottawa (ACFO), Ajà Besler. « On pense que c'est important que tous les candidats puissent diffuser des informations en anglais et en français, mentionne-t-elle. [...] Notre souhait, c'est que tous les candidats diffusent dans les deux langues. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer