Nathalie Des Rosiers l'emporte

Doyenne de la faculté de droit à l'Université... (Martin Roy, LeDroit)

Agrandir

Doyenne de la faculté de droit à l'Université d'Ottawa, Nathalie Des Rosiers a été élue samedi candidate libérale en vue de l'élection partielle dans le comté provincial d'Ottawa-Vanier, dont la date n'a pas encore été annoncée.

Martin Roy, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les libéraux d'Ottawa-Vanier ont élu samedi l'avocate Nathalie Des Rosiers comme candidate du Parti libéral de l'Ontario dans cette circonscription en vue de l'élection complémentaire qui doit avoir lieu d'ici la fin de l'année. Le processus électoral lors de l'assemblée d'investiture a toutefois été terni par une controverse lorsqu'une centaine de personnes n'ont pas pu voter malgré l'achat de leur carte de membre du parti.

Les cartes achetées par 105 personnes auprès de la candidate Lucille Collard n'étaient pas valides en raison d'une confusion dans le processus d'acheminement des fonds entre l'Association libérale d'Ottawa-Vanier et le Parti libéral de l'Ontario à Toronto. 

Les formulaires d'adhésion ont été envoyés au bureau du parti dans la capitale provinciale, mais l'argent a été remis à l'association libérale d'Ottawa-Vanier. La constitution du parti précise que l'argent et les formulaires doivent être acheminés à Toronto. 

La candidate défaite a toutefois affirmé que personne au sein du parti ne lui a dit qu'elle devait tout envoyer à Toronto - bien qu'elle procédait de la même manière depuis plusieurs semaines - sauf lorsqu'elle a reçu un courriel après le 11 octobre, fin de la période d'inscription des membres votant pour l'assemblée d'investiture.

On estime qu'environ une centaine de ces personnes ont voulu voter, samedi, mais qu'elles n'ont pu procéder en raison de cet imbroglio dans les procédures. 

Réactions à la confusion

Lucille Collard s'est néanmoins dite heureuse pour Mme Des Rosiers, et lui a souhaité bonne chance. Elle est restée prudente dans ses commentaires concernant la confusion dans les procédures.

« Il faudra voir et analyser. Est-ce que ça a été déterminant dans le fait que je n'ai pas été élue ? Le résultat aurait-il été le même si ces personnes avaient voté ? Est-ce que ça entache sa victoire ? Je l'ignore. Il va falloir se pencher là-dessus. Ce qui entache le plus le processus est que ces citoyens ont été privés de leur droit démocratique de voter, et ça, ça me touche vraiment comme concitoyenne et comme personne qui est allée chercher ces gens-là pour m'appuyer. C'est sûr que, ultimement, je me sens responsable », a expliqué Mme Collard.

Les autorités du parti ont indiqué que 419 bulletins de vote se sont retrouvés dans les boîtes de scrutin à l'investiture, samedi, et que trois bulletins ont été rejetés. La direction du parti n'a pas donné le nombre de voix qu'ont recueillies Mme Des Rosiers, Collard et Persévérance Mayer, la troisième candidate.

La candidate élue a indiqué qu'il arrive que des gens viennent pour voter, mais qu'ils ne possèdent pas tous les éléments requis. Elle a affirmé que cela s'est produit pour les trois candidates.

« Les règles sont les mêmes pour tout le monde. C'est toujours triste quand des gens ne peuvent pas exprimer leur voix, mais il y a des règles, et le processus doit être suivi. C'est ce que nous avons fait », a expliqué Mme Des Rosiers, doyenne de la faculté de droit à l'Université d'Ottawa, qui a dit avoir reçu l'appui de Mme Collard et Mme Mayer « pour gagner la prochaine élection ».

Lisa Stilborn, vice-présidente du Parti libéral de l'Ontario pour l'est de la province, a indiqué que les trois candidates ont été très bien informées des règles.

« C'est très décevant puisque des gens se présentent à des réunions et veulent voter pour le candidat de leur choix, mais ne peuvent le faire. D'autres personnes n'ont pas pu voter aujourd'hui, entre autres, par exemple, parce qu'elles n'avaient pas les documents prouvant leur lieu de résidence », a-t-elle expliqué.

Nathalie Des Rosiers se mesurera au candidat du Parti progressiste-conservateur, l'ancien ombudsman de l'Ontario, André Marin, et au représentant du NPD, Claude Bisson. 

Le siège provincial d'Ottawa-Vanier est vacant depuis le départ de la vie politique, au mois de juin, de l'ancienne députée/ministre Madeleine Meilleur.

La date de l'élection complémentaire n'a pas encore été annoncée par la première ministre Kathleen Wynne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer