Lalonde succède à Meilleur aux Affaires francophones

La députée d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde (à droite), hérite... (Peter Power, La Presse Canadienne)

Agrandir

La députée d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde (à droite), hérite du ministère des Affaires francophones.

Peter Power, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La députée d'Ottawa-Orléans, Marie-France Lalonde, chaussera les souliers de Madeleine Meilleur à titre de ministre déléguée aux Affaires francophones.

Elle a fait son entrée lundi au cabinet ontarien à titre de ministre des Services gouvernementaux et des Services aux consommateurs. Elle siégera également au sein d'un comité névralgique, chargé de déterminer les orientations stratégiques, les priorités intergouvernementales et les grands axes de communication du gouvernement ontarien.

Ex-adjointe parlementaire de Mme Meilleur, Mme Lalonde fait partie des sept nouveaux visages qui forment le nouveau conseil des ministres du gouvernement de Kathleen Wynne.

À mi-mandat et en baisse dans les sondages, la première ministre a cru bon donner un air de fraîcheur à son équipe, en s'approchant de la parité hommes-femmes et sur l'appui de nouvelles têtes d'affiche. Dix ministres se voient confier de nouveaux rôles. Autour de la table du cabinet, il y aura 30 ministres, dont 12 femmes.

« Le nouveau conseil des ministres est un peu plus gros, ce qui reflète notre décision de créer des ministères uniques responsables de mettre en oeuvre des volets clés de notre plan », a déclaré la première ministre à Queen's Park.

Pour sa part, le chef conservateur Patrick Brown estime que la taille gonflée du cabinet est injustifiée au moment où l'on coupe des postes d'infirmières et on réduit les programmes de santé. De son côté, la chef néo-démocrate, Andrea Horwath, a parlé d'un simple exercice de relations publiques.

La grande priorité du gouvernement Wynne demeurera l'emploi et la croissance, a fait savoir la première ministre. Le ministre des Finances, Charles Sousa, l'un des piliers du gouvernement, reste en place, mais on crée un premier ministère du Commerce international qui sera dirigé par Michael Chan.

Naqvi, procureur général

Le député provincial d'Ottawa-Centre, Yasir Naqvi, succède à Madeleine Meilleur dans ses fonctions de procureur général de l'Ontario. Il devient aussi leader parlementaire du gouvernement à l'Assemblée législative, délaissant ses fonctions de ministre de la Sécurité communautaire et des Services correctionnels.

Dans le nord de l'Ontario, le député de Sudbury, Glenn Thibeault, hérite du poste de ministre de l'Énergie. Il siégera également au sein du comité des priorités présidé par la première ministre. Il s'agit d'un poste de taille pour cet ancien député fédéral néo-démocrate, qui a lancé le dossier des excuses officielles pour le Règlement 17.

L'ex-ministre de l'Énergie, le député d'Ottawa-Ouest-Nepean, Bob Chiarelli, passe à l'Infrastructure qui devient un « ministère autonome », responsable de la gestion d'un programme de 160 milliards $.

Deborah Drake Matthews demeurera vice-première ministre et dirigera un nouveau ministère, celui de l'Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle, où seront centralisés les programmes d'emploi et de formation. Le mandat englobera les fonctions du ministère de la Formation et des Collèges et Universités qui disparaît. Elle sera également la ministre responsable de la stratégie numérique du gouvernement.

Mitzie Hunter, quant à elle, prend les rênes du ministère de l'Éducation des mains de Liz Sandals, qui est nommée au Conseil du Trésor. Aucun changement à la Santé (Eric Hoskins) à l'Environnement (Glen Murray) et à Développement du Nord et des Mines (Michael Gravelle).

Plusieurs ministres ont quitté leurs fonctions pour permettre à Mme Wynne d'ajouter du sang neuf. Dimanche, le ministre sans portefeuille Jim Bradley, 71 ans, élu à St. Catharines en 1977, a annoncé son départ, suivant les traces du ministre responsable des aînés, Mario Sergio, 75 ans. Madeleine Meilleur a démissionné jeudi, à l'âge de 67 ans, alors que le ministre des Affaires municipales, Ted McMeekin, 67 ans, a laissé entendre qu'il quittait  son poste pour faire davantage de place aux femmes.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer