Le plan d'action climatique de l'Ontario bien accueilli

La première ministre Kathleen Wynne était entourée du... (Mark Blinch, PC)

Agrandir

La première ministre Kathleen Wynne était entourée du ministre du Développement économique, Brad Duguid, et du ministre de l'Environnement, Glen Murray, pour l'annonce de mercredi.

Mark Blinch, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Keith Leslie
La Presse Canadienne

Le plan d'action sur les changements climatiques en Ontario, qui fournira des milliards de dollars en subventions et en mesures incitatives aux entreprises et aux propriétaires, a été accueilli avec un optimisme prudent, mercredi, par les entreprises et les environnementalistes.

Le gouvernement provincial dépensera jusqu'à 8,3 milliards $ dans une série de programmes pour encourager les individus et les entreprises à faire la transition vers des systèmes de chauffage plus écoénergétique, à acheter des voitures électriques ou hybrides, à convertir les gros camions au gaz naturel, à augmenter l'apport des biocarburants et à aider les secteurs industriels et de l'agriculture à adopter des technologies à faibles émissions de carbone.

La majorité de l'argent doit venir d'un programme de plafonnement et d'échanges pour les pollueurs industriels qui devrait permettre de recueillir, selon le gouvernement ontarien, 1,9 milliard $ par année. Tout l'argent sera versé dans un fonds dédié à la réduction de l'empreinte carbone de l'Ontario.

Deux groupes représentant les constructeurs automobiles ont affirmé que les rabais à l'achat de véhicules électriques pouvant aller jusqu'à 14 000$, les recharges gratuites pour quatre ans et un programme de «primes à la casse» pour retirer les plus vieilles voitures de la circulation aideront à augmenter la demande des consommateurs pour les véhicules électriques.

Néanmoins, les constructeurs souhaitent avoir plus de détails sur le programme de plafonnement et d'échanges, qui entrera en vigueur en janvier lorsque l'Ontario se joindra au marché existant du carbone avec le Québec et la Californie.

Greenpeace estime que l'Ontario est sur la bonne voie en tentant de réduire graduellement les carburants fossiles, en encourageant la construction de maisons à «zéro» émission de carbone, et en reconnaissant que la lutte contre les changements climatiques présente des occasions intéressantes en ce qui a trait aux emplois verts et à l'assainissement de l'air, notamment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer