Projet de loi 104: Gélinas «estomaquée» par les propos de Meilleur

La députée néo-démocrate France Gélinas... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La députée néo-démocrate France Gélinas

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La députée de Nickel Belt et porte-parole néo-démocrate pour les affaires francophones France Gélinas a été «estomaquée» d'entendre les réactions de Reza Moridi et de Madeleine Meilleur en lien avec la mise en place d'un comité transitoire de gouvernance de l'université franco-ontarienne.

Le projet de loi 104, qui concerne la mise en place dudit comité, avait été adopté à l'unanimité en novembre dernier à Queen's Park.

Jeudi, en chambre, l'instigatrice du projet France Gélinas a talonné le ministre de la Formation, des Collèges et Universités, Reza Moridi, à savoir quand le comité transitoire serait mis sur pied.

La députée s'est dite déçue de la réponse qu'elle a reçue. «Il me répond qu'il est très fier que nous avons déjà deux universités bilingues et qu'on devrait s'en contenter, plus ou moins», a-t-elle déclaré en entrevue avec LeDroit.

La ministre responsable des Affaires francophones Madeleine Meilleur aurait ensuite ajouté qu'il s'agissait d'un «projet de loi sans valeur».

«Je n'ai aucune idée pourquoi elle a dit ça. Elle a dit que c'était bidon, sans aucune autre explication, ajoute France Gélinas. Après la période de questions, en scrum, elle a dit qu'on ne sait même pas si on a besoin d'un projet de loi pour mettre le projet en place.»

Mme Gélinas qualifie la sortie de Madeleine Meilleur d'«attaque non provoquée». Elle blâme ce manque de collaboration à de la «zizanie à l'intérieur du Parti libéral».

Deux documents, soit le rapport sur les capacités actuelles des établissements postsecondaires du centre et du sud-ouest de l'Ontario et le document synthèse découlant des États généraux sur le post-secondaire, recommandent la création d'une université franco-ontarienne.

«Quand j'ai posé ma question, je m'attendais à ce qu'on me réponde: "On a reçu votre rapport, on va prendre les premiers pas bientôt", poursuit-elle. La réponse a été agressive. C'est loin de ce que la population francophone réclame.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer