La maladie de Mauril Bélanger, «une tragédie»

Madeleine Meilleur et Mauril Bélanger ont fait carrière... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Madeleine Meilleur et Mauril Bélanger ont fait carrière côte à côte, représentant tous les deux la circonscription d'Ottawa-Vanier.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Madeleine Meilleur se dit attristée de constater la maladie du député fédéral Mauril Bélanger, un ami cher et un collègue qu'elle côtoie depuis des années.

«C'est une tragédie, il n'y a pas d'autres mots pour le décrire, c'est une tragédie, a confié la ministre lors d'une entrevue éditoriale au Droit. On a fait carrière pas mal côte à côte, on s'est toujours super bien entendus, je pense qu'on était un modèle de partenariat entre le fédéral et le provincial et puis on travaillait beaucoup ensemble et ç'a été au bénéfice des citoyens...

«Et là, qu'il arrive à un croisement de chemins où le poste qu'il a toujours voulu était à sa disposition, le poste de président de la Chambre et que là, tout ça, ça s'envole! Je dois dire aussi que Mauril avait beaucoup de talents, mais l'un de ses talents en particulier, c'est qu'il était un très bon orateur. Et dans sa maladie, la première chose qui l'a touché, c'est sa voix, il a perdu sa voix. Personne ne mérite ça.»

La ministre ontarienne responsable des Affaires francophones et M. Bélanger représentent tous deux la circonscription d'Ottawa-Vanier, elle sur la scène provinciale, et lui, au niveau fédéral. C'est avec émotion que Mme Meilleur raconte sa rencontre avec M. Bélanger il y a deux semaines, lorsqu'ils ont participé à un événement dans une maison de retraite.

«On s'apprêtait à partir et il y avait un beau morceau de musique qui commençait, une belle valse et je me suis retournée sans même y penser et j'ai dit: "Mauril, est-ce que tu aimerais danser? Il faut avoir vu le sourire qu'il avait quand je lui ai demandé ça et on a commencé à valser tous les deux et puis je vous le raconte, j'ai le coeur gros et les larmes aux yeux..."»

«Je pense qu'il n'y avait pas de yeux secs dans la salle, a poursuivi Mme Meilleur. Tout ça pour vous dire qu'on a cette grande amitié-là qui dure depuis très longtemps. Dans sa maladie, je pense que ça nous rapproche aussi, lui et moi. Je suis peinée au plus haut degré...»

Madeleine Meilleur se prononce sur...

Les fêtes du 400e anniversaire de la présence francophone en Ontario: «Ce fut un succès incontesté, inattendu.»

Un registre des armes à feu en Ontario: Queen's Park s'était opposé à l'élimination du registre national des armes à feu, mais n'a pas l'intention de créer un registre provincial à l'image du Québec, dont elle respecte la décision. «Reprendre après un an ou deux, je ne pense pas que ça va donner les résultats escomptés et les autres provinces ne sont pas intéressées. Alors le conseil qu'on a eu, c'est qu'un registre des armes à feu juste dans une province, vu la mobilité des gens, ça donne rien.»

La construction d'un tunnel pour évacuer les poids lourds du centre-ville d'Ottawa et réduire la congestion sur l'avenue King Edward: «Je suis en faveur d'enlever les camions du centre-ville, mais pas de les transférer dans une autre communauté déjà établie alors je pense que le tunnel serait une bonne solution.»

Et si le projet s'annonce coûteux? «On a toujours dit ça et on n'a jamais agi parce que c'est comme s'il y a juste au Canada et en Ontario où les tunnels sont dispendieux. Si vous vous promenez en Europe, je vais régulièrement en Suisse, il y a des tunnels sur plusieurs kilomètres et la Suisse n'est pas encore en faillite.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer