Campus saoudiens pour hommes: «inacceptable», dit Wynne

La première ministre Wynne a déclaré avoir demandé... (Chris Young, PC)

Agrandir

La première ministre Wynne a déclaré avoir demandé à son ministre de rencontrer les directions des deux établissements dès que possible. Elle a assuré qu'il y aurait des changements.

Chris Young, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, juge inacceptable que deux collèges de sa province aient ouvert des campus en Arabie saoudite, où les cours sont uniquement réservés aux hommes.

Le Collège Niagara et le Collège Algonquin d'Ottawa ont ouvert des campus dans deux villes du royaume ultraconservateur. Ils fonctionnent conformément à une interprétation stricte de la loi islamique, interdisant la présence d'hommes et de femmes dans les mêmes classes.

Le ministre ontarien responsable de l'éducation postsecondaire s'est dit préoccupé, jeudi, par les activités à l'étranger de ces collèges financés en partie par des fonds publics.

Pourtant, mercredi, Reza Moridi avait assuré que les décisions concernant les activités des campus, incluant la composition du corps étudiant, revenaient aux conseils d'administration des différents établissements.

Kathleen Wynne a déclaré, vendredi, avoir demandé à son ministre d'organiser une rencontre avec les directions des deux établissements dès que possible. Elle a affirmé l'avoir fait dès qu'elle a été mise au courant de cette affaire et a assuré qu'il y aurait des changements.

Le porte-parole des progressistes-conservateurs ontariens, John Yakabuski, a critiqué la première ministre pour avoir exprimé ses préoccupations seulement après que des médias eurent rapporté la nouvelle.

Le gouvernement ontarien fournit 1,44 milliard de dollars aux 24 collèges communautaires de la province, ce qui représente près de 40% de leur budget. En 2014-2015, le Collège Algonquin a reçu 103 millions du provincial, alors que le Collège Niagara a touché 45 millions. Les collèges obtiennent le reste de leur financement grâce aux droits de scolarité et à d'autres sources de revenus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer