Du pot dans les LCBO?

La première ministre de l'Ontario trouve tout à fait sensée l'idée que la vente... (Archives La Presse)

Agrandir

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

La première ministre de l'Ontario trouve tout à fait sensée l'idée que la vente légalisée de la marijuana soit confiée aux magasins des alcools exploités par le gouvernement.

Dans son discours du Trône, au début du mois, le nouveau gouvernement libéral fédéral a indiqué qu'il était déterminé à respecter son engagement de légaliser la marijuana, tout en conservant une mainmise sur la réglementation et le contrôle de ce commerce.

Kathleen Wynne a estimé lundi que la Régie des alcools de l'Ontario dispose de l'expertise et de l'expérience requises pour que le commerce de marijuana s'exerce de façon responsable. En misant sur le réseau de distribution de la régie, ce scénario serait tout à fait sensé, selon Mme Wynne. D'ailleurs, a-t-elle rappelé, d'autres provinces ont déjà évoqué cette possibilité.

Les syndicats d'employés des magasins des alcools du Québec, du Manitoba et de la Colombie-Britannique ont déjà manifesté leur intérêt pour ce commerce de détail.

Alors qu'ils étaient dans l'opposition, les libéraux fédéraux de Justin Trudeau ont promis il y a plus d'un an de légaliser le pot, tout en resserrant l'accès pour éviter le commerce aux mineurs. Les conservateurs ont ensuite soutenu, dans des publicités, que grâce aux libéraux, des enfants pourraient acheter du cannabis au dépanneur du coin.

La militante pour la légalisation Jody Emery et son célèbre époux Marc Emery souhaitent que le premier ministre Trudeau décrète dès maintenant un moratoire sur les arrestations liées à la possession simple de marijuana, en attendant que le gouvernement élabore sa stratégie.

Québec préfère attendre

Au Québec, le ministère des Finances, responsable de la SAQ, n'a toujours pas de position quant au rôle que la société d'État sera appelée à jouer, une fois la vente de cannabis légalisée au pays.

«Quand il y aura une décision d'annoncée par le gouvernement Trudeau, la légalisation ne se fera pas du jour au lendemain. On pourra voir à ce moment-là», a dit hier la porte-parole du ministre Carlos Leitao, Nathalie Roberge.

La semaine dernière, le Syndicat des employés de magasins et de bureau de la SAQ (SEMB-SAQ) a demandé à l'Institut de recherche et d'informations socio-économiques de réaliser une étude pour permettre à ses 5500 membres de connaître les retombées de la vente de cannabis dans les 400 succursales de la société d'État.

La direction syndicale voit d'un bon oeil cette possibilité, mais demandera à ses membres de se prononcer au printemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer