L'ombudsman de l'Ontario sur la corde raide

L'ombudsman de l'Ontario, André Marin... (Archives, La Presse Canadienne)

Agrandir

L'ombudsman de l'Ontario, André Marin

Archives, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les jours d'André Marin à titre d'ombudsman de l'Ontario semblent comptés.

Le leader parlementaire du gouvernement de l'Ontario, Yasir Naqvi, a envoyé une lettre à ses homologues du Parti progressiste-conservateur et du Nouveau Parti démocratique, Jim Wilson et Gilles Bisson, vendredi, au sujet de sa succession. Le libéral d'Ottawa-Centre suggère de donner les rênes à l'adjointe de M. Marin, Barbara Finlay, sur une base intérimaire dès lundi.

Dans sa lettre, M. Naqvi rappelle qu'un comité, formé de représentants de tous les partis, n'a pas été en mesure d'en arriver à un consensus quant à l'identité du prochain chien de garde de la province au cours du processus d'embauche, entamé il y a six mois.

«En l'absence de consensus, je crois qu'il est nécessaire de relancer le processus d'embauche le plus rapidement possible. Nous avons plusieurs bons candidats qui ont postulé pour ce poste et le fait de relancer le processus rapidement leur permettra de proposer de nouveau leur candidature», peut-on lire.

Le 28 mai dernier, les trois partis de l'Assemblée législative avaient accepté unanimement de prolonger le mandat de M. Marin jusqu'à lundi.

«Alors que le processus d'embauche se poursuit, il faut s'assurer que le bureau de l'ombudsman puisse continuer à servir les citoyens ontariens. [...] On ne peut pas laisser ce rôle vacant», ajoute le ministre Naqvi, en parlant de la nomination temporaire de Mme Finley.

De son côté, M. Marin a réagi - comme il l'a fait souvent par le passé - sur son compte Twitter vendredi après-midi. Il espère que le gouvernement de Kathleen Wynne reviendra sur sa décision de désigner Mme Finlay comme ombudsman intérimaire.

«Je ne connais aucun autre précédent où un officier de la législature a été mis à la porte dans le cadre du processus de renouvellement (de ses fonctions)», a-t-il commenté. Le principal intéressé espérait obtenir un troisième mandat de cinq ans à titre d'ombudsman de l'Ontario. L'absence d'un consensus au sein des trois partis met en péril une prolongation de contrat.

Son homologue de la Ville de Toronto, Fiona Crean, et Howard Sapers, enquêteur correctionnel du Canada, seraient les principaux prétendants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer