Le design du Monument aux victimes du communisme est choisi

Le monument sera érigé sur le côté ouest... (Courtoisie)

Agrandir

Le monument sera érigé sur le côté ouest du Jardin des Provinces, sur la rue Wellington en face de Bibliothèque et Archives.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le design du Monument aux victimes du communisme - Le Canada une terre d'accueil, qui a fait parler de lui en raison de la controverse entourant le choix du site, a finalement été dévoilé mercredi.

L'« arc de mémoire », de l'Équipe torontoise Raff, a été retenu parmi une courte liste de cinq concepts. Le design devra recevoir l'aval de la Commission de la capitale nationale (CCN) avant d'obtenir le feu vert de la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly.

En son absence, c'est son secrétaire parlementaire, Arif Virani, qui a procédé au dévoilement du design gagnant lors d'une cérémonie au Musée de l'histoire, rue Laurier à Gatineau.

« Ce design rendra hommage aux millions de Canadiens qui ont fui l'injustice et souffert sous des régimes communistes répressifs. Ce monument se veut un hommage tant à ceux qui ont fui qu'aux Canadiens qui les ont accueillis », a indiqué le secrétaire parlementaire Virani.

« L'arc de mémoire »

Le monument sera érigé sur le côté ouest du Jardin des Provinces, sur la rue Wellington en face de Bibliothèque et Archives, à Ottawa. 

Le concept de l'équipe Raff est formé de deux cadres de métal légèrement courbés rappelant des murs, mesurant 21 mètres de long au total et près de 4 mètres de hauteur. Les murs soutiendront 4000 tiges de bronze le long de 365 poteaux d'acier. Chaque tige sera orientée selon un angle différent par rapport au soleil et représente une heure de la journée pour une année entière. 

Le monument sera divisé au milieu à la hauteur du solstice d'hiver, le jour le plus sombre de l'année. Les visiteurs seront invités à suivre un parcours les menant « de la noirceur et de l'oppression vers la lumière et la liberté ».

« Grâce à ce monument typiquement canadien, nous pourrons commémorer tous les jours, mois et années la vie de nos ancêtres, honorer nos concitoyens canadiens et surtout rendre hommage à la liberté », a déclaré Ludwik Klimkowski, président du conseil d'administration du groupe Hommage à la liberté.

Le projet de monument, qui devrait être complété en 2018, coûtera 3,5 millions $ au total.

Le coût du monument comme tel, soit 3 millions $, sera payé à parts égales par le gouvernement fédéral et Hommage à la liberté, le groupe caritatif mis sur pied dans ce but précis. La facture du concours pour le choix du design s'élève à 500 000 $, somme qui sera entièrement payée par Ottawa.

L'ancien gouvernement Harper avait d'abord choisi un terrain adjacent à la Cour suprême, ce qui avait soulevé un véritable tollé. Dès l'arrivée du gouvernement Trudeau, la ministre Joly a demandé à la CCN de réviser cette décision, d'opter pour un site mieux adapté et un monument moins ambitieux.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer