Les désastres « de plus en plus fréquents » avec les changements climatiques, dit Trudeau

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le député... (Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, le député fédéral de Gatineau, Steven MacKinnon, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, à Gatineau jeudi matin.

Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crue historique en Outaouais
Crue historique en Outaouais

Tout sur la crue historique de 2017 »

Les inondations actuelles forceront les différents paliers de gouvernement à revoir leur approche en matière d'urbanisme et d'infrastructures ont indiqué les premiers ministres du Canada et du Québec jeudi matin lors de leur passage conjoint à Gatineau.

« On sait très bien qu'avec les changements climatiques, c'est de plus en plus fréquent qu'on va voir des situations de désastres, que ce soit des inondations, des feux de forêt, affirme le premier ministre canadien, Justin Trudeau. Il va falloir qu'on ait des réflexions. Si on a des situations qui sont censées arriver tous les 100 ans seulement qui arrivent toutes les décennies ou tous les deux-trois ans, il va falloir qu'on pense à comment on bâtit nos villes, comment on prévoit nos infrastructures, et ça fait certainement partie de la réflexion que nous sommes en train d'avoir maintenant. »

Son homologue provincial, Philippe Couillard, et le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, ont abondé dans le même sens que M. Trudeau. Ils ont toutefois apporté des nuances importantes sur l'impact que de tels changements de philosophie pourraient avoir sur les personnes affectées par la crue printanière.

« Il faut effectivement reconstruire mieux, tirer leçon de ce qui se passe et éviter que ça va se répéter, mais ne pas perdre contact avec l'être humain là-dedans. Il y a des gens qui habitent dans ces maisons-là depuis deux ou trois générations ici. Tu ne peux pas leur dire du jour au lendemain, va-t'en, tu n'as plus le droit de rester là », a soutenu M. Couillard.

« Il y a des gens qui perdent des souvenirs, qui perdent des maisons dans lesquelles ils ont travaillé, dans lesquelles leurs parents ont travaillé, et là, en plus, on leur demanderait de perdre leur quartier, moi je ne suis pas prêt à faire ça. On va regarder l'ensemble des options pour qu'on puisse rebâtir avec des nouvelles normes, pour pas qu'on retombe là-dedans. Mais à un moment donné, il y a des limites aux sacrifices qu'on peut demander à des gens », ajoute M. Pedneaud-Jobin.

Révision des programmes d'aide

Le premier ministre du Québec s'est dit ouvert, jeudi matin, à augmenter le plafond de l'aide disponible pour les sinistrés, ainsi que certains critères comme l'admissibilité des propriétaires non-occupants.

« Il faut être conscient qu'il y aura un autre plafond. La personne qui va être au-delà de l'autre plafond, elle va trouver que le plafond n'est pas assez haut. Ce qu'on veut faire, c'est actualiser ça pour les coûts réels qu'on rencontre aujourd'hui », a expliqué Philippe Couillard.

De son côté, Justin Trudeau a laissé entendre que son gouvernement est prêt « à réviser [ses] façon de faire ».




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer