Libre-échange avec l'UE: un effet modeste sur l'économie d'ici

Le Parlement canadien devrait ratifier l'Accord économique et... (123RF)

Agrandir

Le Parlement canadien devrait ratifier l'Accord économique et commercial global au cours des prochains mois.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Directeur parlementaire du budget estime que l'accord de libre-échange avec l'Union européenne (UE) aura un effet modeste sur l'économie canadienne, qui se traduira par un gain moyen de revenu d'environ 220 $ par personne.

Si l'Accord économique et commercial global (AÉCG) avait été mis en oeuvre en 2015, il aurait entraîné une hausse de 0,4 pour cent de la production économique au Canada, pour une augmentation du PIB de 7,9 milliards $, selon les estimations du Directeur parlementaire du budget (DPB).

Le rapport du DPB note que la balance commerciale du Canada avec l'UE se serait détériorée légèrement, d'environ 2 milliards $. Le gain d'ensemble au chapitre du commerce est plus élevé pour l'Union européenne que pour le Canada parce que les exportateurs du Canada faisaient face à des droits de douane moins élevés que ceux de l'Europe avant l'accord, souligne le DPB.

Certains secteurs canadiens auraient ainsi connu un ralentissement, notamment les produits laitiers et agricoles, les textiles et certains biens de fabrication et machines. Par contre, d'autres secteurs auraient bénéficié de l'accord, notamment les transports et les véhicules automobiles, les métaux non ferreux et le blé.

De façon générale, les exportations de biens vers l'UE auraient augmenté de 4,0 milliards $, les exportations de services de 2,2 milliards $ et l'investissement de 3,1 milliards $.

Le DPB note aussi que l'accroissement des relations commerciales avec l'Europe aurait pour effet de réduire un peu la dépendance du Canada face à ses partenaires «traditionnels». Ainsi, le rapport estime que les exportations vers les États-Unis auraient diminué de 1,4 milliard $, ses exportations vers le Mexique d'environ 38 millions $, tandis que les exportations vers le reste du monde auraient pu diminuer de plus de 384 millions $.

Le rapport met par ailleurs les améliorations projetées en perspective en soulignant que la valeur de l'économie canadienne est évaluée à 2000 milliards $.

«L'AÉCG mènera à certains gains pour le Canada, mais ils seront modestes. (L'analyse) projette un impact global positif, mais faible, sur l'économie du Canada (...) En fonction de niveaux actuels relativement bas, les exportations de biens augmenteront de 9,3 pour cent et celles du secteur des services, de 14 pour cent», indique le rapport.

Le ministre du Commerce international, Francois-Philippe Champagne, s'est fait demander mardi si le gouvernement fédéral en avait fait assez pour dédommager les producteurs laitiers à la suite de la décision d'Ottawa d'ouvrir en partie le secteur laitier aux producteurs européens.

Le gouvernement fédéral a promis 350 millions $ pour aider à apaiser les impacts négatifs de l'AÉCG sur les producteurs laitiers, mais l'association représentant le secteur au pays a argué que ce n'était pas suffisant pour contrebalancer les dommages.

M. Champagne a indiqué qu'il s'était entretenu récemment avec des producteurs canadiens de lait et de fromage. Le ministre a dit leur avoir fait valoir les nouvelles occasions d'affaires que permettra l'AÉCG.

«Nous avons aussi obtenu une ouverture sur le marché européen, qui constitue le plus important marché de consommateurs pour les produits alimentaires», a dit le ministre, précisant qu'il n'avait pas encore consulté le rapport du directeur parlementaire du budget.

Le rapport s'attarde aux portions de l'accord qui ont pu être étudiées de manière analytique, a indiqué le DPB.

«Libéraliser le commerce vise à apporter des bénéfices par l'entremise d'une plus grande spécialisation (...), mais l'impact sur les secteurs peut être inégal», souligne le document.

Le Parlement canadien devrait ratifier l'AÉCG au cours des prochains mois. Une fois cette étape franchie, environ 90 pour cent de l'entente sera en vigueur en vertu des dispositions d'application provisoire.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer