Les psychiatres sont inquiets pour la santé mentale des jeunes

La consommation précoce et régulière de cannabis est... (Darryl Dyck, Archives La Presse canadienne)

Agrandir

La consommation précoce et régulière de cannabis est susceptible d'avoir une incidence sur la cognition, tels que la mémoire, l'attention, l'intelligence et la capacité de traiter des pensées et des expériences», affirme le Dr Renuka Prasad, président de l'Association des psychiatres du Canada.

Darryl Dyck, Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La consommation précoce et régulière de cannabis est susceptible d'avoir une incidence sur la mémoire et peut accroître le risque de développer un trouble psychotique, selon l'Association des psychiatres du Canada.

À la veille de la présentation du projet de loi fédéral sur la légalisation du cannabis, les associations représentant les psychiatres du Canada ont émis une déclaration demandant un examen des répercussions du cannabis sur la santé mentale des jeunes.

« Des données scientifiques fiables montrent que la consommation précoce et régulière de cannabis est susceptible d'avoir une incidence sur la cognition, telles que la mémoire, l'attention, l'intelligence et la capacité de traiter des pensées et des expériences, selon le président de l'AFPC, le Dr Renuka Prasad. Elle peut aussi accroître le risque de développer un trouble psychotique primaire ainsi que d'autres problèmes de santé mentale, comme la dépression chez les personnes vulnérables à ces maladies ».

Les psychiatres rappellent aussi que la recherche nous apprend que le cerveau humain continue de se développer jusqu'à l'âge de 25 ans environ, ce qui fait craindre que la consommation régulière avant cet âge ait une influence négative sur le processus de maturation normal du cerveau.

L'APC recommande donc que la consommation de cannabis avant 21 ans soit illégale et que la législation prévoie des restrictions quant à la quantité et à la teneur en THC permises avant l'âge de 25 ans.

La déclaration de principes est appuyée par l'Académie canadienne de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent, l'Académie canadienne de psychiatrie gériatrique, l'Académie canadienne de psychiatrie et l'Académie canadienne de médecine psychosomatique.

Le projet de loi du gouvernement Trudeau doit être présenté jeudi, et proposerait de légaliser, à compter de juillet 2018, le cannabis dès l'âge de 18 ou 19 ans, selon les provinces.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer