Ottawa doit faire des investissements majeurs en recherche scientifique

La ministre fédérale des Sciences, Kirsty Duncan, a... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

La ministre fédérale des Sciences, Kirsty Duncan, a commandé ce rapport sur les besoins du Canada en matière de recherche de première ligne en science fondamentale.

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Un groupe d'experts recommande à Ottawa de faire des nouveaux investissements majeurs pour restaurer le soutien et renforcer la recherche de première ligne en science fondamentale au pays.

« Si les scientifiques et universitaires canadiens ont grandement contribué aux avancées technologiques par leur travail de recherche au cours des décennies, diverses mesures indiquent que la compétitivité du Canada en matière de recherche s'est érodée au cours des dernières années », soulignent les auteurs de ce rapport commandé par la ministre des Sciences Kirsty Duncan.

Les recommandations du comité consultatif feraient passer les dépenses annuelles totales de quatre grands organismes fédéraux et autres entités d'environ 3,5 à 4,8 milliards $ en 2022. 

« L'objectif est d'assurer que le Canada bénéficie d'une concentration plus large de scientifiques et d'universitaires de calibre mondial qui peuvent faire d'étonnantes découvertes et générer des idées novatrices, tout en formant et en inspirant la prochaine génération de chercheurs, d'innovateurs et de leaders » souligne le Groupe d'experts.

Il s'agit du premier examen du genre en 40 ans et sa portée visait quatre grands organismes subventionnaires fédéraux qui appuient la science, et les demandes des universitaires dans toutes les disciplines. 

Il a aussi permis d'étudier la gouvernance en place, des plus petits organismes ou d'installations servant aux grands projets scientifiques, de même que l'impact des structures de financement sur l'avenir des chercheurs en début de carrière, groupe qui comprend une forte proportion de femmes et dont le profil est plus diversifié que celui des générations précédentes de scientifiques et d'universitaires.

Le comité a reçu plus de 1 275 soumissions écrites, organisé une douzaine de tables rondes dans cinq villes et a eu la collaboration de 230 chercheurs à différentes étapes de leur carrière.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer