Vétérans: Ottawa n'écarte pas l'idée de revenir un jour à l'ancien régime

Le ministre des Anciens Combattants, Kent Hehr... (Photo Fred Chartrand, archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le ministre des Anciens Combattants, Kent Hehr

Photo Fred Chartrand, archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le ministre des Anciens Combattants, Kent Hehr, n'écarte pas l'idée de revenir un jour à l'ancien régime de prestations de retraite à vie pour les militaires blessés ou invalides, comme l'avaient promis les libéraux. Mais un membre de son cabinet ministériel a admis cette semaine que les vétérans devront s'y faire: le paiement forfaitaire unique serait là pour rester.

Des vétérans accusent le gouvernement fédéral de Justin Trudeau d'avoir renié sa promesse de rétablir les prestations de retraite à vie pour les militaires blessés ou invalides. Ces prestations à vie avaient été remplacées en 2006 par un paiement forfaitaire unique, en vertu de la Nouvelle Charte des anciens combattants.

En entrevue vendredi, le ministre Hehr a vanté les mérites de cette Charte, qui prévoit aussi des programmes de formation professionnelle et de remplacement du revenu. Certains de ces programmes ont été bonifiés par les libéraux depuis leur arrivée au pouvoir il y a deux ans. Dans son budget de mercredi dernier, le gouvernement s'engage notamment à verser jusqu'à 80 000 $ pour les vétérans qui ont accumulé plusieurs années de service et qui souhaitent retourner aux études.

Selon le ministre Hehr, l'ancien régime ne prévoyait pas toute cette couverture. «Comme disait mon père: ce n'était pas toujours mieux dans le bon vieux temps.» Mais certains vétérans soutiennent qu'ils y ont perdu au change depuis 2006.

Interrogé sur l'avenir de l'ancien régime, le ministre a refusé de proclamer sa mort. Mais dans l'enregistrement d'une séance d'information dont La Presse canadienne a obtenu copie, on entend un membre de son cabinet admettre cette semaine à des vétérans que l'ancien régime est bel et bien mort et enterré.

Justin Trudeau avait expressément promis en août 2015, en pleine campagne électorale, de rétablir le vieux système de prestations à vie - et même de l'indexer. Le gouvernement libéral promet maintenant de laisser le libre choix aux vétérans, dans une formule qui doit être annoncée d'ici la fin de l'année. Certains craignent cependant que le gouvernement ne se contente d'étaler sur une vie la somme versée actuellement à titre de paiement forfaitaire unique.

Ce montant forfaitaire varie selon la gravité de la blessure ou de l'invalidité, jusqu'à un maximum de 360 000 $.

David MacLeod, lui-même vétéran invalide, presse le premier ministre Trudeau de respecter sa promesse. M. MacLeod déplore aussi le peu de ressources mises en place par les provinces dans le secteur de la santé et des services sociaux pour venir en aide aux vétérans blessés, malades ou invalides.

Selon M. MacLeod, le budget fédéral déposé mercredi ne contenait aucune mesure concrète pour régler les problèmes systémiques vécus par les vétérans au ministère des Anciens Combattants, notamment un accès limité aux prestations et aux services. Ces lacunes poussent les vétérans à se tourner vers les gouvernements provinciaux afin d'obtenir des services sociaux ou médicaux essentiels à leur état, prétend le militant de la Nouvelle-Écosse.

Kim Davis, dont le mari Blair souffre de trouble de stress post-traumatique depuis son retour de mission en Bosnie, soutient que plusieurs vétérans tentent désespérément d'obtenir de l'aide auprès des systèmes de santé provinciaux, à défaut d'obtenir ces soins au fédéral. Selon elle, les provinces doivent faire pression sur Ottawa afin d'obtenir des fonds additionnels pour les anciens combattants, car les services de santé civils sont déjà débordés.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer