Trudeau défend le libre-échange avec les États-Unis

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau... (Archives, La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau

Archives, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Justin Trudeau a réaffirmé mardi l'importance pour l'activité économique canadienne de l'accord de libre-échange nord-américain (ALENA) que le président Donald Trump veut renégocier.

Le premier ministre du Canada a rappelé que «l'interdépendance unique» entre l'économie canadienne et américaine entretient des «millions d'emplois pour les classes moyennes de chaque côté de la frontière». Dimanche, Donald Trump avait annoncé l'envoi prochain d'un avis de renégociation de l'ALENA à ses deux partenaires. Il recevra vendredi le président mexicain Enrique Pena Nieto à la Maison-Blanche.

Selon Justin Trudeau, aucune date n'a pour l'instant été arrêtée pour une rencontre avec M. Trump.

Cette «étroite relation commerciale» entre les deux pays a été au «coeur des discussions» du gouvernement Trudeau, rassemblé en séminaire à Calgary pour peaufiner la stratégie du Canada à l'aube de la présidence Trump.

Le projet de taxe à la frontière des États-Unis proposé par Donald Trump inquiète l'industrie canadienne, notamment le secteur automobile qui dépend fortement de la libre circulation des marchandises entre les deux pays.

Face aux politiques protectionnistes prônées par Donald Trump, qui a retiré les États-Unis du futur Traité de libre-échange transpacifique (TPP), Justin Trudeau est prêt à négocier d'autres accords bilatéraux.

Le gouvernement est «occupé sur plusieurs fronts commerciaux à la fois», a-t-il dit lors d'une conférence de presse.

L'accroissement des relations commerciales avec «les pays émergents asiatiques» est «important pour assurer de bons emplois», et le Canada va négocier en bilatéral des accords avec le Japon ou la Chine.

Donald Trump a signé lundi un ordre exécutif actant la sortie des États-Unis du TPP, qui devait réduire les barrières tarifaires entre 11 pays. Il a également relancé mardi le projet controversé de pipeline Keystone XL entre le Canada et les États-Unis, qui avait été bloqué par son prédécesseur Barack Obama.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer