Le PLC a sous-loué des locaux de l'organisme Canada 2020

Le premier ministre et chef du PLC, Justin... (Archives La Presse canadienne)

Agrandir

Le premier ministre et chef du PLC, Justin Trudeau

Archives La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Joanna Smith
La Presse Canadienne

Le Parti libéral du Canada a temporairement agrandi ses bureaux de campagne l'an dernier en sous-louant des locaux à Canada 2020, un organisme sans but lucratif fondé par des sympathisants libéraux proches du premier ministre Justin Trudeau.

Selon des documents déposés auprès d'Élections Canada, les libéraux ont sous-loué des locaux de Canada 2020 au 35, rue O'Connor, dans le centre-ville d'Ottawa, du 13 août au 19 octobre 2015. Ces locaux, ouverts 12 heures par jour, servaient de point de chute et de plaque tournante pour les bénévoles de campagne. Les libéraux ont payé au total 13 833 $ à Canada 2020 pour ces locaux, indiquent les documents.

Cette sous-location n'est pas illégale, puisque les deux parties indiquent que le prix payé respectait la valeur du marché locatif. Mais la transaction illustre encore une fois les liens étroits qui unissent les libéraux et Canada 2020, un organisme qui se décrit comme «le principal centre d'études et de recherches progressiste indépendant du Canada», mais dont les membres sont proches du gouvernement libéral et du premier ministre. Canada 2020 a d'ailleurs adopté récemment de nouvelles règles en matière de lobbyisme afin de marquer ses distances avec le gouvernement.

Le député conservateur Blaine Calkins, qui a souvent posé des questions aux Communes sur Canada 2020, s'inquiète de ces liens étroits. Le néo-démocrate Alexandre Boulerice estime quant à lui que cette sous-location constitue une nouvelle preuve que Canada 2020 est vraiment un prolongement du Parti libéral du Canada (PLC).

De son côté, Braeden Caley, porte-parole du PLC, a indiqué mardi dans un courriel que le parti avait choisi le 35, O'Connor à cause de son emplacement central et stratégique - au coeur d'Ottawa et à proximité du siège national du PLC, rue Albert. Selon M. Caley, les bureaux de la rue Albert n'étaient plus assez grands pour accueillir «l'afflux de bénévoles» de la région. Il a aussi précisé que la campagne libérale n'avait pas partagé ses nouveaux locaux avec un autre occupant.

Alex Paterson, de Canada 2020, a écrit dans un courriel mardi que l'organisme avait sous-loué des locaux au PLC parce que «les espaces étaient disponibles pour location». Selon lui, personne de Canada 2020 n'a partagé les locaux du PLC l'an dernier, et l'organisme n'a finalement utilisé ces locaux qu'au début de 2016, après la campagne électorale.

Ni M. Paterson ni M. Caley n'ont rendu public le contrat de sous-location conclu entre le PLC et Canada 2020. La copie du document déposée à Élections Canada est trop petite pour être lisible.

La Presse canadienne révélait le mois dernier que Canada 2020 prévient dorénavant ses donateurs que leur contribution ne leur donnerait pas un accès privilégié au premier ministre, à des membres du cabinet ou à quiconque participe à ses activités. Par ailleurs, l'organisme interdit maintenant à des lobbyistes de siéger à son conseil de direction.

Le président de Canada 2020, Thomas Pitfield, était le grand «stratège numérique» de la campagne électorale libérale en 2015. Ami d'enfance de Justin Trudeau, M. Pitfield est marié à Anna Gainey, présidente du Parti libéral du Canada.

Canada 2020 a été fondé il y a 10 ans - alors que les conservateurs étaient au pouvoir -, par M. Pitfield et trois autres vétérans libéraux: Tim Barber, Susan Smith et Eugene Lang. Susan Smith et Tim Barber sont des dirigeants de la firme de lobbyisme Bluesky Strategy Group, qui logeait dans le même édifice que Canada 2020, rue Dalhousie, et qui occupe maintenant des locaux rue O'Connor, un étage en dessous des nouveaux bureaux de Canada 2020.

Mme Smith a quitté récemment ses fonctions au conseil de direction de Canada 2020, en vertu de la nouvelle politique de l'organisme. M. Barber est toujours membre du conseil de direction alors que M. Lang a quitté l'organisme en 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer