Bill Morneau défend son éthique face aux lobbyistes

Le ministre des Finances, Bill Morneau... (La Presse canadienne)

Agrandir

Le ministre des Finances, Bill Morneau

La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandra Posadzki
La Presse Canadienne

Bill Morneau soutient qu'il a respecté toutes les règles pour s'assurer qu'il ne violait pas le code d'éthique en matière de lobbyisme et de conflit d'intérêts.

Le ministre fédéral des Finances a été interrogé vendredi sur les allégations selon lesquelles des lobbyistes auraient participé à des activités de financement du Parti libéral du Canada qui impliquent aussi des ministres du gouvernement Trudeau, notamment M. Morneau.

Le Commissariat au lobbying du Canada a annoncé jeudi qu'il examinera les allégations de l'organisme Démocratie en surveillance. Selon la plainte, Barry Sherman, président du conseil d'administration de la société pharmaceutique Apotex, aurait vendu des billets à 500 $ pour une activité de financement libérale qui doit mettre en vedette le ministre Morneau, au début de novembre à Toronto.

Le ministre a soutenu vendredi qu'il avait suivi les règles en vigueur afin de s'assurer que son financement politique respecte les normes établies à Ottawa. « Je dirai d'abord que j'ai le plus grand respect pour la commissaire à l'éthique et la commissaire au lobbying », a-t-il souligné à la suite d'une allocution à la Chambre de commerce de Toronto.

M. Morneau a insisté pour dire que le Parti libéral, « comme tous les partis d'ailleurs », souscrivait entièrement aux « règles strictes fédérales » en matière de financement politique. « Je sais que nous avons scrupuleusement respecté toutes ces règles fédérales afin d'atteindre les normes les plus élevées. »

La commissaire au lobbying, Karen Shepherd, a aussi indiqué jeudi qu'elle se pencherait sur certaines informations concernant d'autres activités de financement impliquant des ministres - dont une soirée à 1500 $ le billet mettant en vedette le ministre Morneau à Halifax. Elle veut savoir si des lobbyistes sont présents à de telles activités, s'ils sont impliqués dans leur organisation ou même s'ils vendent des billets.

Mme Shepherd a rappelé que cette participation de lobbyistes à des activités de financement politique pouvait placer les ministres en situation de conflits d'intérêts - en leur donnant le « sentiment » d'avoir ensuite des comptes à rendre.

De son côté, la commissaire à l'éthique, Mary Dawson, a reconnu que les soirées de financement pouvaient offrir un accès privilégié aux ministres, mais qu'il n'y avait rien dans la Loi sur les conflits d'intérêts pour interdire de tels événements.

On ignore pour l'instant si des lobbyistes enregistrés ont effectivement participé à ces activités de financement. Le Parti libéral souligne que la liste des donateurs et le montant de leurs contributions est remise à Élections Canada, qui la rend publique.

En marge d'une consultation sur le contenu canadien dans un monde numérique, la ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly a aussi été appelée à commenter l'accès privilégié que pouvait représenter une activité de financement organisée par son association de comté la semaine dernière.

Mme Joly a assuré que son association avait suivi toutes les règles en organisant l'événement, ajoutant que les personnes présentes étaient majoritairement des citoyens d'Ahuntsic-Cartierville.

« On respecte toutes les règles et je suis contente que, justement, j'ai une association qui fait preuve de dynamisme, et de façon générale, je pense que les gens étaient contents d'être présents », a-t-elle déclaré.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer