Mince déficit au fédéral

Le Parlement d'Ottawa... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le Parlement d'Ottawa

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne

Le gouvernement fédéral a enregistré un mince déficit d'un milliard $ en 2015-2016, une période au cours de laquelle libéraux et conservateurs ont tour à tour géré les fonds publics.

Le déficit, dévoilé dans une série de données de fin d'année, vendredi, est moindre que la projection de 5,4 milliards $ du gouvernement Trudeau dans son budget publié en mars.

Mais le portrait final du déficit pour 2015-2016 aura sûrement l'heur de plaire aux conservateurs, qui ont argué depuis longtemps qu'ils avaient laissé les finances du gouvernement sur la voie d'un surplus avant d'être défaits aux élections il y a un an.

Le gouvernement conservateur a affiché un surplus de 1,9 milliard $ en 2014-2015, et avait projeté un surplus de 1,4 milliard $ pour 2015-2016.

Les données dévoilées vendredi risquent fort d'alimenter de nouvelles joutes politiques sur le parti qui aurait fait le meilleur travail dans la gestion du trésor public.

Daniel Lauzon, un porte-parole du ministre des Finances Bill Morneau, a fait valoir que les conservateurs auraient continué « à couper dans les services pour obtenir un surplus ». Il a aussi souligné que le gouvernement Harper avait enregistré une série de déficits durant ses dix ans au pouvoir.

Vendredi, le rapport annuel 2015-2016 du ministère des Finances indique que par rapport à l'année précédente, les revenus ont augmenté de 13,1 milliards $, les dépenses des programmes ont crû de 17 milliards $ et les coûts du service de la dette ont baissé d'un milliard de dollars.

Les chiffres montrent que le déficit aurait été plus important, n'eût été du gain de 2,1 milliards $ provenant de la vente unique par les conservateurs des actions restantes du gouvernement dans General Motors et de la hausse de 9,2 milliards $ des revenus de l'impôt des particuliers.

Les fonds supplémentaires générés par l'impôt sur le revenu des particuliers, en hausse de 6,7 % par rapport à 2014-15, reflèteraient surtout une planification plus grande des contribuables à revenus élevés, indique le rapport. Ceux-ci auraient cherché à déclarer davantage de revenus en 2015 avant l'arrivée de mesures libérales en 2016 visant à augmenter les taux d'imposition pour les plus riches, ajoute-t-on.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer