Syrie: Stéphane Dion dénonce à son tour la Russie

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane... (Jacques Boissinot, La Presse canadienne)

Agrandir

Le ministre des Affaires étrangères du Canada, Stéphane Dion

Jacques Boissinot, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Après les États-Unis, le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, condamne à son tour la Russie pour l'escalade de violence en Syrie.

Dans un communiqué publié lundi soir, le ministre Dion écrit que les actions de la Russie en Syrie depuis quelques mois remettent sérieusement en cause son engagement à trouver une solution pacifique à la crise de même que sa capacité à réfréner les comportements effroyables du régime syrien.

M. Dion a fait cette déclaration à la suite de la suspension, par Washington, de ses contacts diplomatiques avec Moscou au sujet du conflit syrien, après que le président russe Vladimir Poutine eut mis sur la glace un accord de recyclage de plutonium conclu avec les États-Unis.

Le ministre Dion n'est cependant pas allé jusqu'à rompre les ponts avec la Russie. Il a seulement indiqué que le Canada a appelé récemment le représentant de la Russie pour lui faire part de sa «grande préoccupation» à l'égard du régime syrien et du rôle que jouent les opérations russes dans l'escalade de la violence et la souffrance des civils, en particulier à Alep. «La Russie et le régime syrien ne parviennent pas à distinguer les cibles terroristes de la population civile», a déploré M. Dion.

«Le Canada dénonce les attaques atroces et incessantes prenant pour cibles des installations médicales en Syrie», a-t-il dit, ajoutant que les frappes comme celles du week-end dernier contre l'hôpital Dr Hasan Al-Araj «augmentent les souffrances et les pertes de vie» et nuisent à la recherche d'une solution à une crise qui dure, dit-il, depuis beaucoup trop longtemps.

«Le Canada entend continuer sa collaboration avec ses partenaires et de manière bilatérale pour tenir la Russie et le régime syrien responsables de leurs actes. L'option belligérante est une voie dangereuse qui n'a aucune chance de succès.»

L'administration Obama a annoncé avoir rompu les discussions sur la Syrie parce que la Russie n'a pas respecté les termes d'une entente conclue le mois dernier de réinstaurer le cessez-le-feu et de permettre l'envoi continu d'aide humanitaire dans les villes assiégées comme Alep.

Le ministère russe des Affaires étrangères a répliqué que les États-Unis «ont fait tout ce qu'ils pouvaient pour détruire l'atmosphère encourageante de coopération». Il a cité les sanctions américaines imposées à Moscou à la suite de l'annexion de la Crimée et le déploiement de forces de l'OTAN près de la frontière russe.

Stéphane Dion a déclaré que le Canada appuie les États-Unis et les autres membres du Groupe international de soutien à la Syrie dans «leurs efforts inlassables pour réduire la violence en Syrie».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer