Justin Trudeau amorce sa première visite en Chine

En Chine, Justin Trudeau rencontrera le président chinois Xi... (Adrian Wyld, PC)

Agrandir

En Chine, Justin Trudeau rencontrera le président chinois Xi Jiping et son premier ministre, Li Keqiang. Sur cette photo, on voit le premier ministre canadien en compagnie de son épouse Sophie Grégoire et de sa fille.

Adrian Wyld, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andy Blatchford
La Presse Canadienne

Justin Trudeau s'est envolé d'Ottawa lundi matin pour effectuer sa première visite en Chine en tant que premier ministre. Il est accompagné de son épouse, Sophie Grégoire.

L'ambassadeur de la Chine au Canada, Luo Zhaohui, tente d'apaiser les inquiétudes relatives au bilan de son pays en matière de droits de la personne.

La Chine croit que le jeune gouvernement libéral représente de nouvelles occasions de renforcer ses liens commerciaux avec le Canada, a dit l'ambassadeur dans une entrevue accordée à La Presse canadienne, la semaine dernière, à l'ambassade chinoise située à Ottawa.

L'accent sera d'ailleurs mis, au cours des rencontres, sur le développement des relations économiques, avait indiqué Justin Trudeau vendredi. Le premier ministre avait toutefois manifesté sa volonté d'exprimer aux dirigeants chinois ses inquiétudes en matière de respect des droits de la personne.

Le Canada poursuit, d'année en année, une longue tradition en interpellant la deuxième économie en importance sur les cas de violation des droits de la personne répertoriés sur son territoire.

L'ambassadeur a lui-même pris l'initiative d'aborder la question, en entrevue. Il a dit qu'il comprenait que le Canada se soucie de ce dossier, ajoutant que les dernières années ont été marquées par de nombreux progrès. Le représentant chinois a tout de même admis qu'il restait beaucoup de travail à faire.

M. Trudeau rencontrera le président chinois Xi Jiping et son premier ministre, Li Keqiang. Il sera de passage à Pékin, à Shanghai, à Hangzhou - où se tiendra le sommet du G20 - et à Hong-Kong. Sa visite se conclura le mercredi 7 septembre.

«Chaque pays a ses propres problèmes quant aux enjeux qui touchent aux droits de la personne. Aucun État n'estime que la situation est parfaite, à ce niveau-là, sur leur territoire», a fait valoir M. Luo.

Justin Trudeau entend discuter du dossier de Kevin Garratt, ce Canadien détenu en Chine depuis son arrestation, deux ans plus tôt, pour espionnage. Aucune preuve ne soutient de telles allégations, avait-il dit.

Les attentes de la Chine quant à la visite du premier ministre canadien sont «élevées», a par ailleurs souligné M. Luo, surtout depuis la dernière élection qui a mis fin au règne de 10 ans du gouvernement de Stephen Harper.

«Les deux pays se rendront (tous deux) visite en l'espace de peu de temps, a ajouté l'ambassadeur, faisant référence à la visite du premier ministre chinois au Canada, prévue plus tard en septembre. C'est assez inhabituel, cela démontre que nous accordons beaucoup d'importance à ces relations bilatérales.»

Historiquement, les liens avec le Canada ont généralement été plus amicaux sous des gouvernements libéraux, a reconnu l'ambassadeur. Plusieurs experts estiment que les politiques du précédent gouvernement conservateur à l'égard de la Chine étaient incohérentes par moments.

Les premières relations diplomatiques et économiques avec la Chine ont commencé à se développer sous le gouvernement du père de Justin Trudeau, Pierre Elliott Trudeau, dans les années 1970.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer