En mémoire de Mauril

Le premier ministre Justin Trudeau a écrit quelques... (Justin Tang, PC)

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau a écrit quelques mots dans un livre de condoléances placé à l'entrée de l'édifice central du Parlement. Il y parle du dévouement et de la sagesse du défunt.

Justin Tang, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Le Droit

Nombreuses sont les personnes et les organisations qui ont tenu à rendre hommage, mercredi, au député d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, décédé mardi soir à 61 ans, et offrir leurs condoléances à sa conjointe Catherine, sa famille et ses proches. Voici quelques réactions.

***

«De Mauril Bélanger, je retiendrai sa ténacité, son courage, son esprit novateur et surtout son appui indéfectible pour l'avancement des minorités linguistiques au Canada, ce qui est une source d'inspiration pour les francophones partout au pays. Un pilier de la francophonie nous a quitté, mais il nous laisse un legs immense qui continuera de servir au rayonnement de la langue française au Canada ainsi qu'au bien-être de nos communautés.»

Denis Vaillancourt, président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario

***

«Mauril Bélanger était un ardent défenseur des droits linguistiques des Franco-Ontariens. Son engagement communautaire au sein de sa circonscription et son appui à l'enseignement postsecondaire en français ont contribué à l'essor de La Cité.»

Lise Bourgeois, présidente du collège La Cité

***

«Mauril a toujours agi avec conviction et avec intégrité. Défenseur indéfectible de la francophonie ontarienne et canadienne, il était un promoteur de la dualité canadienne, mais aussi de sa multiplicité. Il fut un pionnier des droits des femmes et des autochtones.»

Pierre de Blois, ami de Mauril Bélanger

***

«Au cours de la dernière année, nous avons vu un homme touché par la maladie, lutter pour sa vie et poursuivre avec une combativité exemplaire et admirable les combats qui lui tenaient à coeur. Le voir avec ce goût de vivre, cette détermination farouche, sans jamais s'apitoyer sur son sort, la tête haute, ça coupait le souffle. On ne peut qu'être admiratif devant tant de détermination.»

Rhéal Fortin, chef intérimaire du Bloc québécois

***

«L'ayant côtoyé à plusieurs reprises, j'ai beaucoup appris de ce grand homme. Je retiens, entre autres, son courage, sa ténacité et son amour de la langue française.»

Jean Lemay, président de l'Association franco-ontarienne des conseils scolaires catholiques

***

«Nous perdons un grand homme. Pour moi, Mauril représente la solidarité, le courage et la générosité. Il va me manquer terriblement. Après le tremblement de terre qui a ravagé Haïti en 2010, il a aidé la communauté haïtienne de l'Outaouais à mettre en place un programme de bourses d'excellence annuelles.»

Mireille Apollon, conseillère municipale à Gatineau

***

«J'ai travaillé avec Mauril dans la gouvernance municipale, puis je lui ai fait confiance pendant plus de 20 ans comme député fédéral pour se battre pour notre communauté. Son amitié fut précieuse et j'ai beaucoup respecté ses principes: batailleur, franc, progressiste, juste.»

Alex Munter, PDG du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario (CHEO)

***

«J'espère que le Sénat passera et adoptera son projet de loi modifiant la version anglaise de l'hymne national et que la Ville d'Ottawa suivra ses récentes recommandations, et deviendra officiellement bilingue, ce qui constituera un legs marquant pour le 150e anniversaire de la Confédération et permettra de rendre hommage à cet homme qui a défendu la dualité linguistique canadienne toute sa vie.»

Sonia Ouellet, présidente de l'Association des juristes d'expression française de l'Ontario.

***

«Toutes mes condoléances aux proches de Mauril Bélanger, un homme généreux, grand défenseur de la langue française.»

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer