Trudeau en Pologne

Justin Trudeau... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lee Berthiaume
La Presse Canadienne

Le premier ministre Justin Trudeau s'est envolé jeudi après-midi pour la Pologne afin de participer pour la première fois depuis son élection au sommet des pays membres de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) qui débutera le lendemain à Varsovie.

Le chef du gouvernement du Canada sera accueilli par le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg. Ce dernier a remercié le Canada plus tôt cette semaine pour avoir annoncé qu'il contribuerait à l'envoi de 4000 militaires de l'OTAN en Europe de l'Est.

On s'attend à ce que le premier ministre Trudeau précise que ces soldats seront déployés en Lettonie, où ils composeront la majorité d'un groupe tactique de 1000 soldats. Il s'agira de la participation militaire canadienne la plus importante en Europe depuis la guerre froide.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Allemagne seront à la tête de bataillons similaires en Lituanie, en Estonie et en Pologne.

Le déploiement de force de l'OTAN dans cette région cherche à dissuader Moscou de tenter une agression ou une intrusion.

Au cours des dernières semaines, Justin Trudeau a rencontré le président polonais et le premier ministre roumain, mais le sommet sera sa première véritable occasion d'entendre les alliés de l'OTAN en Europe de l'Est par rapport aux menaces belliqueuses de la Russie.

Pendant le sommet, Justin Trudeau martèlera que le Canada s'engage à oeuvrer en faveur de la paix et de la sécurité dans le monde, même par des moyens militaires.

Bien que ce message devrait être bien accueilli, il pourrait également être mis en cause.

En effet, le gouvernement libéral a accepté de prendre part au déploiement des forces de l'OTAN en Europe de l'Est après avoir subi des pressions de ses dirigeants, notamment de M. Stoltenberg.

La semaine dernière, lors de son discours à la Chambre des communes à Ottawa, le président des États-Unis, Barack Obama, avait aussi invité le Canada à en faire davantage pour l'Alliance.

D'autre part, les libéraux ne cachent pas leur intention de collaborer davantage avec les Nations unies en matière de maintien de la paix. Une nouvelle politique de défense canadienne est également en voie d'être développée. Les dirigeants de l'OTAN chercheront sans doute à savoir où cadre l'Alliance dans ces projets du gouvernement canadien.

Trudeau devrait aussi faire face à des questions quant aux dépenses du Canada sur le plan militaire, qui se chiffrent sous le 1,0 pour cent de son produit intérieur brut (PIB). Ce faible budget le place au 23e rang sur les 28 alliés de l'OTAN, qui s'étaient entendus pour consacrer à la défense 2,0 pour cent de leur PIB.

Par ailleurs, le premier ministre canadien pourrait profiter du sommet pour faire une annonce au sujet de son implication en Afghanistan. Plus tôt cette semaine, le président américain, Barack Obama, a déclaré qu'il retarderait le retrait des soldats américains en Afghanistan.

Après avoir pris part au sommet de l'OTAN, Justin Trudeau se rendra successivement en Ukraine et au camp de concentration nazi d'Auschwitz-Birkenau, en Pologne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer