Ottawa doit régler le manque de financement des services aux enfants autochtones

Selon la DG de la Société de soutien... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Selon la DG de la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations, Cindy Blackstock, la réponse du gouvernement au jugement a été inadéquate.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Kristy Kirkup
La Presse Canadienne
Ottawa

La directrice générale d'un groupe de défense des droits des autochtones dit avoir peu confiance en la prochaine enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées à moins que le gouvernement règle les problèmes de financement des services à l'enfance.

Le ministère des Affaires autochtones doit renseigner le Tribunal des droits de la personne, mercredi, sur les prochaines règles de financement des services à l'enfance. L'entité quasi judiciaire avait déterminé que le système actuel était discriminatoire dans un jugement historique rendu en janvier.

Le Tribunal avait conclu que les services fournis par Ottawa avaient nui aux Premières Nations qui, dans certains cas, se sont vu refuser des services à cause de l'implication du gouvernement.

Selon la DG de la Société de soutien à l'enfance et à la famille des Premières Nations, Cindy Blackstock, la réponse du gouvernement au jugement a été inadéquate. La situation la laisse perplexe et l'amène à s'interroger sur l'efficacité d'une enquête sur les femmes autochtones.

Mme Blackstock a dit craindre que le gouvernement se cache derrière une procédure officielle pour demeurer inactif. Selon elle, cela représenterait «une injustice envers les femmes autochtones disparues ou assassinées».

La Société de soutien à l'enfance et à la famille des premières nations a été une de deux organisations à déposer une plainte au sujet des services à l'enfance.

La directrice générale estime à plus de 200 millions $ le manque de financement des services à l'enfance pour les autochtones pour la seule année 2016. Son évaluation - qu'elle a transmise à La Presse canadienne - se fonde sur les données disponibles qui n'ont pas été contestées par le gouvernement fédéral.

«(Le gouvernement) a reçu une ordonnance exécutoire», a déclaré Mme Blackstock. (Il) doit prendre la plainte au sérieux, car l'idée qu'il puisse agir comme s'il était au-dessus des lois, ou, encore pis, que les enfants sont au-dessous des lois doit être tuée.»

La ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, n'était pas disponible pour réagir aux déclarations de Mme Blackstock, mais son cabinet a publié un communiqué qui ne faisait même pas mention de l'ordonnance du tribunal.

Le ministère rappelle qu'il a annoncé des «investissements historiques» pour les services sociaux des enfants autochtones dans son dernier budget. La somme des investissements promis dans ce domaine est de 71 millions $.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer