Obama livre un discours aux parlementaires

Barack Obama est le septième président des États-Unis... (Martinez Monsivais, Associated Press)

Agrandir

Barack Obama est le septième président des États-Unis à s'adresser aux sénateurs et députés canadiens.

Martinez Monsivais, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne

Le président des États-Unis livre un discours à la Chambre des communes, où il a louangé la «profonde» amitié entre le Canada et les États-Unis.

Devant une audience attentive de députés et sénateurs qui lui ont accordé plusieurs ovations debout, Barack Obama a vanté les relations économiques entre les deux pays et le libre-échange, tout en spécifiant que la mondialisation devait bénéficier à toutes les couches de la société.

Il a aussi évoqué la guerre contre le terrorisme, une bataille qui pourra être gagnée grâce au multilatéralisme, selon lui, ainsi que celle contre les changements climatiques. M. Obama avait d'abord été présenté par Justin Trudeau, qui avait louangé son style de leadership.

À l'issue du sommet des «trois amigos» qui se tenait mercredi au Musée des Beaux-Arts, Barack Obama a pris le chemin de la colline du Parlement, où il a notamment été accueilli par des élèves d'une école primaire d'Ottawa, ainsi que des cadets et rangers provenant des quatre coins du Canada.

Après une rencontre avec le premier ministre Justin Trudeau au parlement, le président Obama a pris la parole dans l'enceinte des Communes devant les députés revenus à Ottawa spécialement pour l'occasion, mais également des sénateurs et autres invités. Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, ainsi que ses homologues de l'Ontario et de l'Alberta, Kathleen Wynne et Rachel Notley, sont présents.

Le public peut regarder le président livrer son discours en direct, sur les écrans géants installés sur la colline pour le traditionnel spectacle du 1er juillet.

Malgré des négociations intenses pendant 100 jours, les deux capitales n'ont pas réussi à conclure une nouvelle entente sur le bois d'oeuvre. Le gouvernement Trudeau assure qu'il y a eu progrès, alors que l'industrie et l'opposition à Ottawa s'impatientent.

Barack Obama est le septième président des États-Unis à s'adresser aux sénateurs et députés canadiens.

L'invitation avait été lancée au cours de la visite de Justin Trudeau à Washington en mars dernier. Ce type de discours est un événement plutôt rare à Ottawa. Les parlementaires ont ainsi ouvert les portes de la Chambre seulement 55 fois, depuis 1939. Ronald Reagan et Dwight Eisenhower ont été invités deux fois à livrer des discours dans ce décor. Mais il y a plus de 20 ans qu'un président américain n'a pas été entendu dans cette enceinte.

C'était en février 1995, on était à quelques mois du référendum sur la souveraineté du Québec. Et Bill Clinton avait senti le besoin de glisser une allusion à ce sujet, vantant dans son discours un «Canada uni et fort».

Le dernier chef d'État ou de gouvernement à avoir été ainsi accueilli sur la colline du Parlement est François Hollande, en novembre 2014.

Plus tôt dans la journée, le président américain a eu l'occasion d'exprimer ses condoléances à la Turquie, visée la veille par un attentat terroriste. Il a soutenu que les extrémistes du groupe armé État islamique perdaient constamment du terrain. «Ils seront défaits en Syrie, ils seront défaits en Irak, ils se feront poursuivre où qu'ils se cachent, et nous ne nous reposerons pas tant que nous n'aurons pas démantelé ces réseaux de haine qui ont un impact dans tout le monde civilisé», a-t-il lancé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer