Trudeau plaide pour le maintien du Royaume-Uni dans l'Union

À la veille du référendum de jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

À la veille du référendum de jeudi, le premier ministre Justin Trudeau a réitéré que le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne permettrait à ce pays de continuer à soutenir activement au sein de l'alliance la prospérité économique et le commerce.

Le Canada vient de conclure avec l'Union européenne (UE) une entente de libre-échange, l'Accord économique et commercial global, que les parties souhaitent ratifier et mettre en vigueur d'ici le début de 2017.

M. Trudeau a rappelé mercredi que le Royaume-Uni a été un acteur-clé dans ces négociations, et a souhaité que les Britanniques jouent encore ce rôle au sein de l'Europe après le référendum de jeudi.

Pendant ce temps, à Ottawa, une centaine de personnes étaient venues devant le haut-commissariat britannique pour rendre hommage à la députée travailliste Jo Cox, assassinée jeudi dernier. Mme Cox, une ardente partisane du maintien du Royaume-Uni dans l'UE, aurait eu 42 ans mercredi.

Dans une entrevue accordée il y a un mois à l'agence Reuters, M. Trudeau avait déjà admis qu'il espérait que la Grande-Bretagne demeure au sein d'une Europe unie, où elle pourrait jouir d'une plus grande prospérité.

Il estimait alors que le Royaume-Uni serait toujours une nation importante, mais que cette importance serait «amplifiée» par une présence forte au sein de l'UE.

«Je crois que nous sommes toujours meilleurs lorsque nous travaillons le plus possible ensemble, et le séparatisme, ou la division, ne semble pas une avenue très fertile pour les pays», plaidait-il. M. Trudeau a aussi prévenu qu'il n'était pas du tout certain que le Royaume-Uni pourrait négocier un traité de libre-échange avec le Canada, reprenant grosso modo une mise en garde du président américain Barack Obama, en visite à Londres.

Mercredi, le président français, François Hollande, a soutenu que le retrait du Royaume-Uni serait «irréversible» et aurait «des conséquences extrêmement graves».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer