Les libéraux n'agissent pas assez, dit l'opposition

Justin Trudeau... (PHOTO Chris Young, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Justin Trudeau

PHOTO Chris Young, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne

Les partis d'opposition soutiennent qu'en multipliant les consultations publiques au cours des derniers mois, le gouvernement libéral démontre qu'au fond, il n'avait pas de « plan », contrairement à ce qu'il prétendait en campagne électorale.

L'heure est aux bilans sur la colline du Parlement, alors que les députés s'apprêtent à prendre le chemin de leurs circonscriptions pour participer à des BBQ et autres épluchettes de blé d'Inde pour les trois prochains mois.

Mardi, l'opposition a critiqué d'une même voix ce qu'elle considère être de maigres réalisations législatives depuis l'arrivée des libéraux au pouvoir. Le gouvernement réplique en affirmant que ces consultations lancées à tout vent sont nécessaires pour que les choses se fassent dans les règles de l'art. Les consultations publiques annoncées par les troupes de Justin Trudeau sont légion : réforme électorale, avenir de Postes Canada, refonte de l'Office national de l'énergie et examen de comment se font les évaluations environnementales...

La première consultation entamée par le gouvernement - celle sur les modalités d'une éventuelle enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones assassinées et disparues - n'a pas encore porté fruit. L'enquête devait pourtant être lancée avant l'été. La ministre des Affaires autochtones, Carolyn Bennett, a assuré qu'elle serait mise en branle « bientôt », sans toutefois pouvoir avancer de date précise. « Nous avons beaucoup de travail à faire avec les provinces et les territoires », a-t-elle expliqué.

Selon le député conservateur Gérard Deltell, les libéraux tentent de « gagner du temps » en consultant, plutôt que de mettre en oeuvre leur plateforme électorale. « C'est un gouvernement d'image, mais ce n'est pas un gouvernement de substance », a-t-il affirmé.

Le néo-démocrate Guy Caron abonde dans le même sens en affirmant que le gouvernement cherche « à pelleter en avant » avec ces consultations, sans pour autant établir un cadre clair. « Pendant la campagne électorale, les libéraux ont martelé qu'ils avaient un plan. Là, s'il n'y a pas de plan, si on parle de consultations, c'est qu'ils ne savaient pas réellement où aller », a-t-il supposé.

Le chef intérimaire du Bloc québécois, Rhéal Fortin, abonde dans le même sens en affirmant que si on exclut les consultations, le bilan libéral reste « assez maigre ».

N'en déplaise aux partis d'opposition et malgré leurs critiques, le Parti libéral du Canada continue de trôner au sommet des sondages. En outre, les libéraux peuvent se targuer d'avoir fait adopter quelques lois depuis leur arrivée à Ottawa.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer