Joly adopte un processus «transparent et ouvert»

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly... (Etienne Ranger, Archives LeDroit)

Agrandir

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly

Etienne Ranger, Archives LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

La ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, a annoncé, jeudi, le début d'une série de consultations pour le plan d'action sur les langues officielles qui se poursuivront jusqu'en octobre.

Des rencontres publiques sont prévues dans 21 villes à travers le pays, où la ministre Joly et son secrétaire parlementaire Randy Boissonnault iront entendre les commentaires lors de rencontres en table-rondes où le public et les médias seront invités.

« Il n'y a pas de huis clos. Le tout sera également accessible en ligne, dans l'espoir de mobiliser le plus de gens possible », a indiqué la ministre Joly lors d'une entrevue au Droit.

Lors des consultations sur la Feuille de route 2013-2018, le gouvernement conservateur s'était fait critiquer pour avoir tenu des consultations « à huis clos », sur invitation seulement.  

La ministre Joly a par ailleurs souligné qu'elle voulait tenir ces consultations le plus tôt possible en 2016, afin que le plan d'action puisse être élaboré en 2017, en prévision de sa mise en oeuvre en 2018.

Depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement de Justin Trudeau, les demandes touchant le programme des langues officielles ont fait ressortir de nombreux défis. La ministre Joly a indiqué qu'elle avait déjà pris des mesures pour améliorer l'immigration francophone et pour l'enseignement universitaire pour les Forces armées à Saint-Jean-sur-Richelieu. 

Toutefois, elle reconnaît que les consultations vont permettre de faire ressortir les besoins et qu'elle sera à l'écoute pour préparer un plan à la hauteur des attentes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer