Ô Canada: un débat empreint de compassion pour Mauril Bélanger

Les députés libéraux étaient très émotifs lors de... (Adrian Wyld, PC)

Agrandir

Les députés libéraux étaient très émotifs lors de l'entrée en Chambre de leur collègue Mauril Bélanger.

Adrian Wyld, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Lors d'un débat empreint d'émotion et de compassion, le député fédéral d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, était de retour à la Chambre des communes vendredi pour défendre en troisième lecture son projet de loi visant à retirer toute référence de genre des paroles de l'Ô Canada.

Le Parti conservateur avait refusé jeudi de donner son consentement à une motion visant à substituer le nom de Mauril Bélanger pour celui de son collègue Andrew Leslie comme parrain du projet de loi d'initiative parlementaire C-210. Les libéraux avaient voulu prendre cette précaution, car ils n'avaient pas l'assurance que M. Bélanger, qui est atteint de la sclérose latérale amyotrophique (SLA), serait en état de venir au parlement pour la reprise du débat.

Par la force des choses, le député d'Ottawa-Vanier s'est donc présenté en Chambre. L'émotion était visible sur les banquettes libérales lorsqu'il a fait son entrée, plusieurs députés tentant, avec plus ou moins de succès, de retenir leurs larmes.

«Je sais que mon collègue nous entend, et je sais qu'il ressent la solidarité de tous les Canadiens. Nous sommes en 2016, et nous recherchons l'égalité dans notre hymne national. Rien de plus», a déclaré le secrétaire parlementaire du Patrimoine canadien, Randy Boissonnault, qui a mis fin aux échanges après seulement 25 minutes d'un débat prévu pour une heure.

Les députés conservateurs, opposés au projet de loi, auraient pu l'étirer pour une autre heure, prévue le 19 octobre prochain, mais ils ne l'ont pas fait.

C'est grâce à un échange avec le député du Bloc québécois sur la liste des projets de loi privés que le député Bélanger a pu revenir à la charge pour la troisième lecture. Autrement, il aurait dû attendre encore quatre mois.

Les députés voteront maintenant sur le projet de loi de M. Bélanger lors de la séance de la Chambre prévue le mercredi 15 juin.

«Je me réjouis que le vote final à la Chambre des communes aura lieu le mercredi, a indiqué M. Bélanger dans un communiqué émis après le débat. En tenant compte du progrès sur la mise en oeuvre de ce changement, le Canada est sur le droit chemin vers un hymne national plus inclusif. Le sondage effectué par Mainstreet Research le 11 mai dernier démontre que 62% des personnes interrogées sont en faveur de cette démarche progressive.»

Une fois adopté lors de la troisième lecture, ce qui ne devrait faire aucun doute après le précédent vote favorable à 219-79, C-210 devra ensuite passer l'étape du Sénat avant la sanction royale. 

Difficile pour le moment de savoir si cela sera possible avant l'automne.

Le député conservateur Peter Van Loan a réitéré son opposition au changement des paroles de l'hymne national, déplorant que les libéraux n'aient pas pris le temps de consulter les Canadiens. Mais il n'a pas forcé le débat plus longtemps.

Un de ses collègues a dit qu'il votera contre le C-210, mais qu'il espérait pour Mauril Bélanger qu'il soit adopté. «Je vais voter contre, mais que Dieu vous bénisse, cher collègue», a lancé le député conservateur Brad Trost, de Saskatoon-University.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer