Bernier veut supprimer le rôle du CRTC

« On doit se débarrasser du CRTC en ce... (La Presse Canadienne)

Agrandir

« On doit se débarrasser du CRTC en ce qui concerne la réglementation économique dans les télécoms », a tranché Maxime Bernier, lundi matin, à l'issue d'un discours livré au Canadian Telecom Summit, à Toronto.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne

Une semaine après avoir proposé de démanteler le «cartel» du système de gestion de l'offre, Maxime Bernier suggère de déréglementer l'industrie des télécommunications en supprimant progressivement le rôle du CRTC en cette matière.

Le candidat à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC) estime que les politiques imposées à l'industrie par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) font la promotion d'une «concurrence artificielle».

«On doit se débarrasser du CRTC en ce qui concerne la réglementation économique dans les télécoms», a tranché M. Bernier en entrevue téléphonique, lundi matin, à l'issue d'un discours livré au Canadian Telecom Summit, à Toronto.

«C'est en se débarrassant de ça que les Canadiens vont avoir plus de concurrence, de meilleurs services», a-t-il martelé à l'autre bout du fil.

Le député de Beauce a par ailleurs signalé lundi qu'il souhaitait également ouvrir complètement le secteur aux investissements étrangers.

«Ce que ça veut dire en pratique, c'est qu'une compagnie étrangère pourrait acheter Bell ou bien une grande corporation. Une compagnie étrangère pourrait investir ici au Canada», a-t-il illustré.

Il estime que la population ne se soucie guère de voir des fleurons canadiens du secteur des télécommunications passer entre les mains d'intérêts étrangers.

Car ce qui importe, «ce n'est pas qui détient la compagnie, c'est le service que les Canadiens vont recevoir», a argué M. Bernier en entrevue.

Le député conservateur, qui a été ministre de l'Industrie de février 2006 à août 2007, souhaite par ailleurs que les enchères de spectre se tiennent sans règles préférentielles.

«L'industrie des télécommunications est une industrie arrivée à maturité, concurrentielle et elle devrait être traitée en conséquence. Elle n'est pas un terrain de jeu pour les bureaucrates», a-t-il plaidé dans son discours.

Cette deuxième annonce pro-libre marché à survenir en l'espace d'une semaine s'inscrit dans la lignée de la philosophie économique de celui qui se revendique de la mouvance libertarienne.

«C'est pro-libre marché, mais c'est pro-équité aussi», a-t-il insisté.

S'il n'a pas abordé le rôle du CRTC comme régulateur de la radiodiffusion, lundi, Maxime Bernier prévoit faire part de ses propositions à cet égard à l'automne, alors qu'il continuera de dévoiler des éléments de sa plateforme.

Le Beauceron a jusqu'à présent été le plus actif à ce chapitre. Ses deux adversaires déclarés dans la course à la direction du PCC, les Ontariens Kellie Leitch et Michael Chong, n'ont pas tout à fait commencé leur effeuillage.

L'élection du prochain chef conservateur aura lieu le 27 mai 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer