Maxime Bernier lance sa campagne à la chefferie du Parti conservateur

Maxime Bernier... (Justin Tang, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Maxime Bernier

Justin Tang, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le député Maxime Bernier a lancé officiellement sa campagne pour la course à la direction du Parti conservateur, dimanche matin, dans sa circonscription de la Beauce, en présentant sa vision du Canada.

Maxime Bernier a dit vouloir devenir le chef du Parti conservateur pour rendre le pays plusprospère. «J'entame la course la plus importante de ma vie», a lancé le député, qui est un fervent de la course à pied.

Il s'est engagé à rembourser la dette et à réduire les impôts s'il est élu. L'ex-ministre, qui exposait ainsi sa vision du Canada lors d'un événement à Sainte-Marie, s'est aussi longuement attardé sur la réduction de la taille de l'État.

Devant des partisans, Maxime Bernier a affirmé être en faveur d'une réduction de la taille du gouvernement, de la dette et des dépenses publiques. Il s'est aussi attaqué au gouvernement libéral en place à Ottawa, qu'il a qualifié de gouvernement trop gros et dépensier.

Les libéraux de Justin Trudeau «veulent endetter les générations futures de 110 milliards $ au cours des prochaines années pour payer des dépenses dont nous n'avons pas les moyens et même si nous ne sommes pas en récession, a-t-il dit. Je crois que cela est un geste irresponsable envers les Canadiens et surtout, envers les générations futures.»

M. Bernier s'est fait élire pour la première fois sous la bannière conservatrice en 2006. Il l'avait emporté avec 67 pour cent des voix cette année-là et a toujours été réélu aisément depuis. Maxime Bernier a rapidement gravi les échelons, passant de ministre de l'Industrie à celui des Affaires étrangères. Il avait dû démissionner de son poste de ministre en 2008 après avoir laissé chez son ex-amie de coeur, Julie Couillard, des documents confidentiels.

Maxime Bernier avait déjà annoncé en avril qu'il briguerait la direction du Parti conservateur. Il a d'ailleurs déposé les documents requis le mois dernier. Une autre candidate, la députée ontarienne Kellie Leitch, a déjà annoncé officiellement qu'elle souhaitait succéder à Stephen Harper à la tête du parti. Les noms des députés Jason Kenney, Michael Chong, Tony Clement et Lisa Raitt circulent également, mais aucun d'entre eux n'a encore annoncé sa décision.

Le député conservateur Jacques Gourde et l'ancien député de la Colombie-Britannique John Reynolds agiront à titre de coprésidents de campagne pour Maxime Bernier. M. Reynolds a dit dans son allocution être persuadé que le député de Beauce gagnerait au Québec et au Canada aux prochaines élections de 2019 et qu'il pourrait battre le chef du Parti libéral du Canada, Justin Trudeau.

Le prochain chef conservateur sera choisi le 27 mai 2017.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer