Le retour de Mauril Bélanger

Le député d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, était de retour... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le député d'Ottawa-Vanier, Mauril Bélanger, était de retour à la Chambre des communes, vendredi, pour défendre son projet de loi visant à modifier l'Ô Canada.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Démontrant courage et détermination, le député libéral Mauril Bélanger était de retour à la Chambre des communes, vendredi, pour défendre son projet de loi visant à modifier l'Ô Canada afin d'éliminer toute distinction de genre dans la version anglaise.

Malgré son vibrant plaidoyer pour reconnaître l'égalité des hommes et des femmes dans l'hymne national et les chaleureux applaudissements de tous les députés à son arrivée en Chambre, le député d'Ottawa-Vanier n'aura toutefois pas réussi à obtenir l'unanimité pour son projet de loi.

Les députés conservateurs se sont mis sur sa route en se déclarant défavorables au projet de loi C-210. Il retourne donc en bas de la liste des projets de loi privés, à moins qu'un autre député accepte un échange pour qu'il soit présenté à nouveau.

Après le débat, le député libéral de Hull-Aylmer, Greg Fergus, avait du mal à contenir ses émotions. Il reprochait aux députés conservateurs d'avoir faire de la «politique» dans des circonstances aussi difficiles pour son ami Mauril, parlementaire respecté de tous, atteint de la sclérose latérale amyotrophique (SLA).

«Ces députés devraient réfléchir à ce qu'ils viennent de faire. C'est un homme qui n'a pas des années devant lui. C'est un honorable parlementaire reconnu par tous. S'il le faut, je vais militer pour que le projet soit présenté par le gouvernement. Il sera alors adopté, j'en suis certain. Ma crainte, c'est qu'on ne pourra le faire pendant que Mauril est en bonne forme pour l'apprécier. Ils ont décidé de faire de la politique. Ce qu'ils ont fait est inacceptable», a déclaré au Droit M. Fergus, encore secoué.

Il a tenu à souligner que Mauril Bélanger souriait toujours après le débat, en sortant de la Chambre, malgré ce qui venait de se passer.

La place des femmes

Comme il l'avait fait lors du dépôt de son projet de loi en janvier dernier, M. Bélanger s'est servi de son iPad pour défendre son projet de loi. Il a rappelé l'importance de modifier deux mots de la version anglaise de l'hymne national - «thy sons» par «of us» - afin d'éliminer toute référence de genre.

Le député Bélanger a rappelé l'importance de la place des femmes dans l'histoire du pays.

Tout en soulignant le courage et la détermination de M. Bélanger, cinq députés conservateurs, dont Larry Maguire et Peter Van Loan, se sont levés pour expliquer qu'ils s'opposaient au changement proposé, rappelant que les Canadiens étaient fiers de leur hymne national et qu'ils n'étaient pas prêts à en modifier les paroles. Le député Maguire a aussi déclaré qu'il n'était pas acceptable que l'hymne national soit ainsi modifié par un projet de loi privé, ajoutant que l'économie devait passer avant dans les priorités.

Pour sa part, la députée néo-démocrate Sheila Malcolm a indiqué que tous les députés du NPD appuyaient le projet de loi. Elle a mis son discours «positif» de côté pour déplorer l'opposition des conservateurs et les propos qu'ils venaient de tenir en Chambre au sujet du projet de loi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer