Monument aux victimes du communisme: un nouveau «consensus»

La ministre Mélanie Joly a annoncé qu'il y... (Etienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

La ministre Mélanie Joly a annoncé qu'il y a eu consensus autour de la table sur l'importance d'avoir une expérience émotionnelle forte lorsque la population visitera le Monument aux victimes du communisme.

Etienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les valeurs fondamentales canadiennes que sont la démocratie, les droits de la personne et la liberté: voilà ce que les 8550 Canadiens d'un bout à l'autre du pays ayant répondu au sondage commandé par le gouvernement fédéral l'hiver dernier veulent que rappelle le futur Monument aux victimes du communisme qui sera érigé à Ottawa.

C'est entre autres ce qu'a révélé vendredi la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, quatre mois après avoir demandé à la Commission de la capitale nationale (CCN) de revenir à son plan A en étudiant la possibilité d'ériger le monument sur un site à l'ouest du Jardin des provinces et territoires, en face de l'édifice de Bibliothèque et Archives Canada. 

«Il y a eu consensus autour de la table sur l'importance d'avoir une expérience émotionnelle forte lorsqu'on visitera le monument et d'avoir une vision à long terme pour celui-ci. De par sa position géographique, le site sera aussi un important point de repère à Ottawa avec le futur train léger et le redéveloppement des plaines LeBreton», a-t-elle affirmé. 

La consultation en ligne a permis d'apprendre que 52% des citoyens souhaitent que le monument, dont le coût de construction est évalué à 3 millions $, serve d'abord et avant tout de lieu de réflexion et de contemplation. D'autres imaginent plutôt un endroit qui servirait de catalyseur du dialogue et de source d'inspiration pour que les visiteurs de toutes les générations en apprennent plus sur le passé (43%) ou encore tout simplement de lieu de repos public au centre-ville (29%). 

Parmi les autres données qui ressortent du coup de sonde, plus d'un répondant sur deux (53%) estime que le monument doit être de dimension humaine et érigé dans un cadre intime qui permet aux visiteurs d'effectuer un rapprochement personnel avec les tragédies.

L'ex-gouvernement conservateur avait, rappelons-le, causé une polémique en faisant fi de recommandations et en optant pour un terrain situé à un jet de pierre de la Cour suprême. 

«Pour nous, c'est important de commémorer la présence de huit millions de Canadiens qui ont des racines dans des pays qui ont eu des régimes communisme totalitaires. [...] On voulait respecter l'intention initiale (pour l'emplacement), tout en ayant le bon concept, le bon site et surtout le bon processus, car ce que nous avons décrié, c'est le fait que malheureusement, le processus était beaucoup trop politique et beaucoup trop partisan», a lancé vendredi la nouvelle ministre libérale.

Questionnée au sujet de l'élément qui à son avis ressort de la consultation publique sur ce controversé dossier, la ministre Joly a offert une réponse sans équivoque. 

«Lorsqu'on met les gens autour d'une table et qu'on est capable d'exprimer des idées, on est capable d'en arriver à un projet qui rallie tout le monde», dit-elle.

Le ministère soutient que l'échéancier est pour l'instant respecté en vue d'une inauguration du monument au cours de l'année 2018. Un appel d'offres sera lancé dans les prochains mois et le public sera de nouveau consulté, cette fois au sujet du design de la structure. 

La balle est maintenant dans le camp de la CCN, dont le conseil d'administration devra trancher le 28 avril à savoir s'il accepte que la structure soit érigée sur le site proposé. 

À noter que les deux tiers des répondants au sondage habitent en Ontario (68%), les autres provinces où la participation a été la plus élevée suivant très loin derrière avec respectivement 10% et 9% (Colombie-Britannique et Québec).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer