Morneau prévoit un déficit de 29,4 milliards

Le ministre des Finances Bill Morneau a déposé... (La Presse Canadienne, Fred Chartrand)

Agrandir

Le ministre des Finances Bill Morneau a déposé son premier budget, mardi, à Ottawa.

La Presse Canadienne, Fred Chartrand

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne
Ottawa

Afin de tenir ses nombreuses promesses électorales, le gouvernement de Justin Trudeau signe un premier budget à l'encre rouge - foncée - et rompt son engagement de revenir à l'équilibre budgétaire dans quatre ans.

Avec son budget déposé mardi, le ministre des Finances, Bill Morneau, envisage un déficit de 29,4 milliards $ pour 2016-2017, soit près de 20 milliards $ de plus que le déficit dit «modeste» promis en campagne électorale par les libéraux cet été. Exit également l'engagement de retourner à l'équilibre budgétaire avant la fin du mandat, puisqu'il prévoir un déficit de 14,3 milliards $ dans quatre ans.

Mais les promesses touchant le déficit sont pratiquement les seules que le gouvernement brise avec son budget intitulé «assurer la croissance de la classe moyenne», calqué en grande partie sur sa plateforme électorale.

Tel qu'anticipé, la plupart des parents trouveront leur compte dans l'une des mesures phares du budget, l'Allocation canadienne pour enfants, qui consiste en une prestation non imposable pouvant aller jusqu'à 6400 $ par enfant de moins de 6 ans et de 5400 $ pour ceux de 6 à 17 ans, pour les familles aux revenus les plus faibles. La mesure coûtera cette année 4,5 milliards $ de plus que les anciens programmes pour les enfants mis de l'avant par les conservateurs, comme la prestation fiscale et la prestation universelle pour la garde d'enfants, qui prennent le chemin des poubelles.

Pour alléger la facture, les libéraux éliminent le fractionnement du revenu pour les couples ayant des enfants et abolissent également à partir de 2017 les crédits d'impôts pour les cours d'activités physiques et artistiques des petits. L'objectif est de simplifier l'aide et de la moduler selon les revenus des parents. Les libéraux prétendent que cette mesure permettra de sortir 300 000 enfants canadiens de la pauvreté.

M. Morneau consacre un chapitre complet aux investissements pour les peuples autochtones, avec une injection de 8,4 milliards $ sur cinq ans. Une bonne part du gâteau ira à l'éducation, soit 413 millions $ dès cette année, une somme qui gonflera chaque année pour atteindre près d'un milliard $ dans quatre ans. Ottawa s'attaquera par ailleurs au problème criant des logements insalubres sur les réserves avec l'injection d'un demi-milliard $ sur deux ans, et à celui de l'approvisionnement en eau potable, avec l'investissement de 1,8 milliard $ sur cinq ans.

Assurance-emploi et infrastructures

Les libéraux modifient également le programme d'assurance-emploi, notamment en éliminant l'obligation pour les nouveaux membres de la population active d'accumuler 910 heures de travail pour être admissibles, plutôt que de 420 à 700 heures selon la région. Près de 50 000 chômeurs de plus pourront ainsi avoir accès au programme. Le gouvernement prolonge par ailleurs les prestations de cinq semaines pour 12 régions touchées par des ralentissements économiques (aucune n'est au Québec) et abaisse le délai de carence à une semaine. Les changements au programme coûteront un milliard $ cette année.

Le crédit d'impôt pour les cotisants aux fonds de travailleurs, que les conservateurs avaient commencé à abaisser, est rétabli à 15 pour cent.

Comme promis, le gouvernement Trudeau dépensera massivement pour les infrastructures à travers le pays selon un plan en deux phases, dont la première comprendra des dépenses de 11,9 milliards $ sur cinq ans. Au cours des deux prochaines années, il injectera notamment 2,5 milliards $ pour le transport en commun, 1,8 milliard $ pour les infrastructures vertes et 2,3 milliards $ pour les infrastructures sociales.

Il investira par ailleurs 400 millions $ sur deux ans dans les technologies vertes et établira également un fonds pour une économie à faibles émissions de carbone de 2 milliards $.

Ottawa allongera près de 650 millions $ sur deux ans pour l'aide internationale, mais le budget de 3,7 milliards $ destiné aux grands projets d'immobilisations de la Défense, comme les chasseurs et les navires de guerre, est remis à plus tard, après l'actuel mandat des libéraux.

Le budget projette des hausses modestes dans les transferts en santé - un sujet qui intéresse les provinces, aux prises avec les soucis de santé d'une société vieillissante. M. Morneau signale toutefois qu'Ottawa est résolu à négocier avec les provinces et territoires pour un nouvel accord pluriannuel.

Le budget ne souffle mot sur l'aide que le fédéral pourrait accorder à Bombardier. «Nous n'avons rien de plus à dire en ce moment au sujet de Bombardier, mais nous continuerons notre diligence raisonnable», a noté le ministre en conférence de presse.

Vision à long terme

Dans son discours à la Chambre des communes, le ministre Morneau a expliqué son recours aux déficits année après année par la nécessité d'accorder une bouffée d'oxygène aux Canadiens dès maintenant, mais aussi à «rétablir la prospérité et l'optimisme» à long terme.

Le fait que le gouvernement reporte à un prochain mandat son retour à l'encre noire risque d'en effrayer plus d'un, mais pour l'économiste en chef de la Banque Scotia, Jean-François Perrault, le déficit de 14 milliards $ prévu pour 2020-2021 reste raisonnable.

«Fondamentalement, la mesure de solvabilité fiscale la plus importante, la plus intéressante, c'est le ratio dette-PIB qui, lui, baisse», a-t-il noté. En effet, le pourcentage de la dette par rapport au PIB grimpe de 31,2 pour cent à 32,5 pour cent en 2016-2017, pour redescendre à 30,9 pour cent dans quatre ans.

Selon le ministre Morneau, si la croissance fait bonne figure au cours des prochaines années, l'équilibre budgétaire pourrait revenir au début d'un éventuel nouveau mandat.

«Avec un niveau de croissance plus haut, nous pensons que c'est possible d'avoir un budget équilibré dans à peu près cinq ans», a-t-il soutenu.

Aux yeux de la chef de l'opposition Rona... (La Presse Canadienne, Adrian Wyld) - image 2.0

Agrandir

Aux yeux de la chef de l'opposition Rona Ambrose, le déficit de 29,4 milliards $ prévu pour l'an prochain est carrément «imprudent». Elle a qualifié le document de «cauchemar pour les contribuables», répétant que le premier ministre avait promis de se limiter à un déficit «modeste» en campagne électorale.

La Presse Canadienne, Adrian Wyld

Les partis d'opposition s'opposent en bloc

Le premier budget du gouvernement Trudeau a été décrié par tous les partis d'opposition, qui refusent en bloc d'appuyer le document, mais pour des raisons bien différentes.

Aux yeux de la chef de l'opposition Rona Ambrose, le déficit de 29,4 milliards $ prévu pour l'an prochain est carrément «imprudent». Elle a qualifié le document de «cauchemar pour les contribuables», répétant que le premier ministre avait promis de se limiter à un déficit «modeste» en campagne électorale.

«Nous avons les libéraux qui empruntent bien plus que leur promesse de déficit de 10 milliards $, nous n'avons aucun plan pour créer les emplois dont nous avons besoin maintenant, et nous avons des taxes qui montent», a-t-elle critiqué.

La chef conservatrice intérimaire refuse d'indiquer quelle mesure elle aurait aimé voir abandonnée dans le budget. «C'est à eux (les libéraux) à expliquer leurs choix», a insisté son chef-adjoint, Denis Lebel.

Selon Mme Ambrose, Justin Trudeau avait pris trois engagements envers les Canadiens: maintenir le déficit sous la barre du 10 milliards $, rééquilibrer le budget en quatre ans et être fiscalement responsable. «Aujourd'hui, il a brisé toutes ces promesses, et ma préoccupation, c'est que les taxes vont maintenant monter», a-t-elle signalé.

Le porte-parole conservateur Marc-André Leclerc a confirmé que les troupes conservatrices allaient s'opposer au budget au moment du vote en Chambre.

Moins choqué par l'ampleur du déficit que son homologue conservatrice, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a surtout reproché aux libéraux d'avoir rompu des «promesses-clés» formulées pendant la campagne électorale.

La liste des laissés-pour-compte comprend les enfants des Premières Nations, les aînés en situation de pauvreté et les travailleurs qui ont besoin de recevoir de l'assurance-emploi, a-t-il dénoncé en point de presse dans le foyer de la Chambre des communes.

En raison de ces lacunes, il est difficilement concevable que les députés du Nouveau Parti démocratique (NPD) puissent donner leur aval à l'exercice financier signé par Bill Morneau, a indiqué M. Mulcair.

Pour le Bloc québécois, le budget n'a pas suffisamment de mesures spécifiques pour le Québec et met encore trop l'accent sur l'industrie pétrolière. Son chef intérimaire Rhéal Fortin va jusqu'à qualifier le document de «néfaste» pour le Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer