Le Canada veut revenir au Conseil de sécurité de l'ONU en 2021

Le premier ministre Justin Trudeau en a fait... (AFP, KENA BETANCUR)

Agrandir

Le premier ministre Justin Trudeau en a fait l'annonce mercredi dans le lobby du siège des Nations unies à New-York, devant fonctionnaires, visiteurs et diplomates étrangers.

AFP, KENA BETANCUR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

Le Canada a fait connaître officiellement son intention de briguer un siège temporaire au Conseil de sécurité des Nations unies, pour un mandat de deux ans débutant en 2021, a déclaré mercredi le premier ministre Justin Trudeau.

Les quelque 190 membres de l'Assemblée générale ne voteront pas pour les candidats au siège vacant avant l'automne 2020, ce qui signifie que M. Trudeau devra remporter une autre élection générale en 2019 s'il veut voir personnellement au «retour» du Canada au sein de l'instance la plus puissante, quoique malmenée, des Nations unies.

S'il parvient à obtenir le siège convoité, cela mettra fin à la plus longue absence canadienne à ce comité chargé de prendre des décisions majeures pour la stabilité du monde - 21 années depuis la fin du mandat de deux ans en 1999-2000.

Le premier ministre Justin Trudeau a lancé la campagne mercredi matin dans le lobby du siège des Nations unies à New York, devant fonctionnaires, visiteurs et diplomates étrangers.

Dans son discours, il a rappelé la longue tradition canadienne en faveur du multilatéralisme et a souligné l'importance de revitaliser la relation entre Ottawa et l'ONU.

Le chef libéral a affirmé que le Canada allait accroître son implication dans les opérations de maintien de la paix, en misant sur l'expertise qu'il peut offrir.

«Nous sommes déterminés à renouveler le rôle historique du Canada comme contributeur-clé pour les missions de maintien de la paix des Nations unies, en plus d'aider à faire progresser les efforts de réforme», a-t-il dit.

«Et le Canada va augmenter son implication avec les opérations de paix, pas seulement en rendant disponibles nos militaires, nos policiers et une expertise spécialisée mais aussi en soutenant les institutions civiles qui visent à prévenir le conflit, apportent de la stabilité aux États fragilisés et aident les sociétés à récupérer avec les secousses des crises».

Il a répété que le Canada était de retour comme joueur sur la scène de l'ONU.

«Il est temps. Il est temps pour le Canada de s'engager à nouveau».

Mais les experts disent que le Canada ne peut se fier uniquement à la nostalgie s'il veut revenir à la table du Conseil.

«N'importe quelle campagne devra aussi être claire sur les propositions», a déclaré Fen Hampton, le directeur du programme de sécurité globale au Centre international pour l'innovation en gouvernance situé à Waterloo, en Ontario.

«Ceux qui appuieront notre candidature ne voudront pas seulement savoir que le Canada est de retour mais aussi exactement ce que cela signifie, ce que nous allons apporter au monde et ce que nous sommes prêts à faire».

Paul Heinbecker, qui a été l'ambassadeur du Canada auprès des Nations unies lorsque le pays était au Conseil en 2000, a déclaré que le groupe occidental était le plus compétitif et que le Canada ferait face à une dure bataille, particulièrement en Europe.

«Il y a la question - ou pas - de la solidarité de l'Union européenne. Nous avons été en mesure de diviser les Européens en 1999, mais il ne m'apparaît pas évident qu'il est possible de le faire à nouveau».

Ian Martin, le directeur exécutif du Rapport du Conseil de sécurité de l'ONU, dit que les élections les plus durement disputées ont maintenant lieu dans le groupe du Canada.

«Cette année, il y a eu une élection serrée entre trois États européens», a-t-il souligné, référant à la bataille de l'Italie, de la Suède et des Pays-Bas.

Lloyd Axworthy, le ministre canadien des Affaires étrangères à la fin des années 1990, a dit que le Canada avait perdu son statut aux Nations unies au cours de la dernière décennie et qu'il devra travailler dur pour le récupérer.

Il a ajouté que Justin Trudeau devait arriver avec un programme qui indique un engagement envers les missions de paix, qui ont été largement abandonnées par le Canada, ainsi qu'envers l'aide étrangère, qui a graduellement baissé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer