Monsieur le président d'un jour

Mauril Bélanger a pu réaliser son rêve de... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Mauril Bélanger a pu réaliser son rêve de présider les débats.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Avec dignité et courage, Mauril Bélanger a pu réaliser son rêve de présider les débats à la Chambre des communes, malgré la terrible maladie qui l'afflige.

L'air affaibli, mais aussi déterminé que jamais, le député d'Ottawa-Vanier a été accueilli en véritable héros lorsqu'il s'est présenté dans le Hall d'honneur du parlement pour le défilé précédant la période des questions.

Plus d'une centaine de personnes - membres de la famille, amis et députés - étaient présentes pour assister à ce moment historique. La foule l'a chaudement applaudi, scandant «Bravo Mauril» alors qu'il avançait lentement à l'aide de sa marchette.

Au passage, le premier ministre Justin Trudeau et plusieurs de ses collègues l'ont arrêté et l'ont pris affectueusement dans leurs bras. Le député retenait difficilement ses larmes devant tous ces témoignages d'affection. Son épouse, Catherine, était aussi émue par l'accueil très chaleureux réservé à son époux, que peu de grands chefs d'État ont pu recevoir au parlement.

Après son entrée à la Chambre des communes, M. Bélanger a pris place dans le fauteuil central, d'où il a présidé la portion des déclarations des députés et la première ronde de la période des questions, pendant près de 30 minutes. Plusieurs députés ont essuyé des larmes en voyant leur collègue et ami sur le fauteuil du président. 

Ayant perdu la voix, M. Bélanger a pu diriger la période des questions grâce à son iPad muni d'un logiciel permettant la lecture à haute voix de textes préprogrammés.

«C'est un grand honneur de vous appeler M. le président, un titre qui vous va à ravir», a lancé le député bloquiste Louis Plamondon, doyen de la Chambre des communes, qui a aussi salué son engagement pour la cause des francophones.

Avec dignité et courage, Mauril Bélanger a pu... (Etienne Ranger, LeDroit) - image 2.0

Agrandir

Etienne Ranger, LeDroit

Des engagements 

La période des questions aura permis à l'opposition de soulever deux dossiers défendus par Mauril Bélanger, la cause des francophones en situation minoritaire et la lutte pour vaincre la sclérose latérale amyotrophique (SLA), qui l'afflige depuis l'automne dernier. 

La chef de l'opposition officielle, Rona Ambrose, a incité les Canadiens à participer à des activités de financement pour lutter contre la SLA.

«Je salue M. Bélanger pour la dignité et le courage qu'il a démontrés aujourd'hui alors que vous luttez contre cette terrible maladie», a répondu le premier ministre Trudeau, s'engageant lui aussi à lutter pour vaincre cette terrible maladie.

À son tour, le chef néo-démocrate Thomas Mulcair a demandé au premier ministre ce qu'il entendait faire pour poursuivre le «travail exceptionnel» de M. Bélanger pour la défense des communautés francophones en situation minoritaire.

«Il n'y a personne dans cette chambre qui a fait plus pour la dualité linguistique et l'unité de ce pays que le député d'Ottawa-Vanier, a déclaré le premier ministre. Notre gouvernement va bientôt présenter un nouveau plan en matière des langues officielles. Tous les Canadiens le remercient.»

La famille et les amis de M. Bélanger étaient par la suite invités à une réception intime pour souligner cet événement marquant dans la carrière politique du député d'Ottawa-Vanier.

Avec grand regret, Mauril Bélanger avait dû se retirer de la course à la présidence de la Chambre des communes, en novembre dernier, après avoir appris qu'il était atteint de sclérose latérale amyotrophique (SLA). Il a depuis perdu l'usage de la parole et une partie de sa motricité.

À la suite d'une motion unanime de tous les partis adoptée le 9 décembre dernier, le député d'Ottawa-Vanier a été nommé «occupant honoraire» du fauteuil du président de la Chambre des communes, pour lui souligner une profonde gratitude «pour les services distingués et fidèles qu'il a rendus au Parlement et au Canada».

Il s'agissait d'une première dans l'histoire parlementaire canadienne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer