Le «document secret» des compressions Harper dévoilé

Scott Brison dénonce l'attitude de son prédécesseur. Il... (Sean Kilpatrick, PC)

Agrandir

Scott Brison dénonce l'attitude de son prédécesseur. Il soutient que le gouvernement Trudeau croit que ces données «appartiennent à tous les Canadiens».

Sean Kilpatrick, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Paul Gaboury
Le Droit

Le président du Conseil du Trésor, Scott Brison, a remis vendredi au directeur parlementaire du budget, Jean-Denis Fréchette, le document détaillant les compressions budgétaires de 2012 qui avait été gardé secret par le gouvernement Harper.

Le prédécesseur de M. Fréchette, Kevin Page, s'était battu jusqu'à la fin de son mandat, allant jusqu'à s'adresser à la Cour fédérale pour tenter de l'obtenir, mais l'ancien gouvernement conservateur avait toujours refusé de lui remettre.

Dans de nombreux rapports, le bureau du directeur parlementaire du budget avait déploré qu'en l'absence de ces informations, il lui était impossible d'analyser l'impact réel des compressions dans les ministères, une situation aussi dénoncée par les partis d'opposition et les syndicats du secteur public fédéral. 

«Malheureusement, le gouvernement précédent n'a pas divulgué l'information qui lui était accessible. Notre gouvernement s'est engagé à relever la barre en matière d'ouverture et de transparence. Nous sommes guidés par le principe qui veut que les données gouvernementales appartiennent à tous les Canadiens», a indiqué le ministre Brison.

Des détails et des chiffres

Le document de 19 pages détaille toutes les mesures d'économies que le gouvernement Harper voulait faire dans chacun des ministères et organismes, de 1,4 milliard en 2012-2013 à 5,19 milliards $ en 2018-2019. 

Plus de 500 mesures d'économies réalisées ou à venir sont identifiées dans l'ensemble des ministères et organismes. À titre d'exemple, Travaux publics et Services gouvernementaux devait rationaliser les services d'impression redondants à hauteur de 2,8 millions $ à partir de 2014-2015, ou encore tirer profit de la technologie afin d'économiser 9,8 millions $, entre autres.

À la Commission de la capitale nationale, des économies de 1,781 million $ devaient être dégagées dès 2015-2016, notamment par une meilleure gestion du modèle des ressources humaines, le remplacement des préposés au stationnement par du matériel automatisé et la réduction de la programmation du canal Rideau.

Il faudra maintenant attendre le prochain budget fédéral pour savoir si le gouvernement libéral maintiendra ou non les compressions prévues par l'ancien gouvernement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer